Cet article date de plus d'un an.

Attaque à Paris : le suspect assume les faits

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Attaque à Paris : le suspect assume les faits
France 2
Article rédigé par
S.Meumayer, I.Bornacin, V.Frédéric, M.Lavielle,Q.Monaton, M.Le Rue - France 2
France Télévisions

Le parquet antiterroriste a été saisi de l'enquête sur l'attaque à l'arme blanche, survenue vendredi 25 septembre à Paris. Le principal suspect assume les faits mais les enquêteurs doivent désormais déterminer s'il a agi seul ou non.

Lors de son arrestation, le suspect de l'attaque au hachoir, qui a eu lieu vendredi 25 septembre à Paris, a reconnu les faits. En garde à vue, il aurait expliqué avoir agi en réaction à la republication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo. C'est dans ce contexte qu'il aurait blessé deux personnes rue Nicolas Appert, à l'ancienne adresse du journal satyrique. La police le prénomme Hassan. Né à Islamabad, au Pakistan, il aurait 18 ans, et se trouve en situation régulière en France. En juin dernier, il avait écopé d'un rappel à la loi pour port d'arme prohibé. Le suspect est inconnu des services de renseignements.

Cinq personnes interpellées dans l'appartement du suspect

Vendredi 25 septembre au soir, une perquisition a été effectuée au domicile du principal suspect, à Pantin (Seine-Saint-Denis). Cinq personnes, qui vivaient avec le suspect dans son appartement, ont été emmenées en garde à vue. Mounir Feradj habite au cinquième étage de l'immeuble. Depuis sa fenêtre, il a assisté aux interpellations et demeure abasourdi. "Je ne me sens pas en sécurité du tout, ni moi, ni mes voisins, ni ma sœur", regrette-t-il. Un autre homme a été interpellé dans un logement social de Cergy, où il aurait vécu il y a quelques temps avec le suspect. À ce stade, les enquêteurs privilégient toutefois la piste d'un acte isolé.

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.