Attentat raté des Champs-Elysées : Adam Djaziri a alerté des médias trois semaines avant son passage à l'acte

Dans cette lettre, Adam Djaziri s'adresse à Emmanuel Macron et lui donne sept jours pour répondre favorablement à ces exigences.

Un agent des forces de l\'ordre se trouve à proximité de la voiture avec laquelle un homme a percuté un fourgon de gendarmerie, sur les Champs-Elysées, à Paris, le 19 juin 2017.
Un agent des forces de l'ordre se trouve à proximité de la voiture avec laquelle un homme a percuté un fourgon de gendarmerie, sur les Champs-Elysées, à Paris, le 19 juin 2017. (THOMAS SAMSON / AFP)

L'auteur de l'attentat raté contre des gendarmes sur les Champs-Elysées, Adam Djaziri a prévenu des médias trois semaines avant son passage à l'acte, a appris mardi 27 juin, franceinfo, de source judiciaire, confirmant une information du journal Le Monde.

Le terroriste a envoyé une lettre de menaces à plusieurs médias sous un faux nom, le 29 mai dernier. La lettre, intitulée "Message au peuple français de la part des soldats de l'Etat islamique" demande l'arrêt des bombardements contre Daech ainsi que la libération des prisonniers français qui ont tenté de commettre un attentat.

Les forces de l'ordre menacées

Dans son courrier, l'auteur s'est adressé au nouveau président Emmanuel Macron et lui donne sept jours pour répondre favorablement à ces exigences. Les forces de l'ordre sont également menacées. "Sachez que vos gilets pare-balles et vos pistolets ne vous suffiront pas face à nos kalachnikovs et nos ceintures explosives", a-t-il écrit.

La lettre, signée "Abou Mahdi al Roumi", a pu être authentifiée par les enquêteurs grâce à l'exploration du contenu de l'ordinateur portable retrouvé dans la voiture d'Adam Djaziri.

Tentative d'identification de l'auteur 

Avant l'attentat, la section antiterroriste du parquet de Paris et la DGSI avaient cherché à identifier l'auteur de cette lettre, mais ils n'y étaient pas parvenus. 

Adam Djaziri, islamiste radicalisé de 31 ans, a foncé avec sa voiture chargée d'une bonbonne de gaz et d'armes sur des gendarmes sur les Champs-Élysées à Paris, lundi 19 juin, sans faire de blessé, avant de mourir dans cet attentat raté.