Cet article date de plus de sept ans.

Attentat de Nice : un père endeuillé veut porter plainte contre l’État

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Attentat de Nice : un père endeuillé veut porter plainte contre l'Etat -
Attentat de Nice : un père endeuillé veut porter plainte contre l'Etat Attentat de Nice : un père endeuillé veut porter plainte contre l'Etat - (France 2)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
France 2

France 2 a recueilli le témoignage d'un homme qui a perdu son fils de quatre ans dans le drame du 14-juillet à Nice (Alpes-Maritimes). Il veut porter plainte contre l’État et dénonce notamment un manque d'effectif policier.

C'est un père en colère qui tente désespérément de comprendre comment son fils unique, Yanis, a pu être fauché sur la promenade des Anglais, à Nice (Alpes-Maritimes), ce 14-juillet. Mickaël Coviaux a décidé de porter plainte contre l'État. Pour lui, le dispositif de sécurité était insuffisant. "Il y a eu de tels dysfonctionnements qu'on ne peut pas rester comme ça sans rien faire", déclare-t-il au micro de France 2. Et de rajouter : "Il n'y avait pas de CRS, nous n'avons pas croisé de policiers (...), il n'y avait rien".

Cônes de signalisation

Y avait-il trop peu de forces de l'ordre sur la promenade des Anglais ? Selon la préfecture, 64 policiers nationaux étaient venus en renfort afin d'épauler 42 policiers municipaux et 20 militaires de l'opération Sentinelle. Au début de la Promenade, les forces de l'ordre ont disposé ces cônes de signalisation pour faire dévier les automobilistes, mais ce 14-juillet, le camion conduit par Mohamed Bouhlel ne s'est pas arrêté et a foncé dans la foule. Des barrières de sécurité avaient également été mises en place sur la chaussée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.