Attentat de Nice : trois personnes en garde à vue dans les locaux de la DGSI

Le journaliste Frédéric Crotta est en direct du siège de la DGSI, à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), pour faire un point sur l'enquête.

France 2

Ce lundi 18 juillet, six personnes sont toujours en garde à vue dont trois dans les locaux de la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure), à Levallois-Perret, à côté de Paris, dans le cadre de l'enquête sur l'attentat de Nice. "Les trois gardés à vue, transférés à la DGSI, n'ont pas de lien direct avéré avec le groupe État islamique. En revanche, les policiers de l'antiterrorisme les soupçonnent d'avoir apporté une aide logistique à Mohamed Bouhlel", explique le journaliste Frédéric Crotta.

Pistolet automatique

Parmi ces trois gardés à vue se trouve un Albanais, de 38 ans. "Un délinquant impliqué dans des petits trafics de stupéfiants. C'est lui qui aurait fourni le pistolet automatique qui a permis à Mohamed Bouhlel de tirer sur des policiers avant d'être abattu. Mais rien ne prouve que cet Albanais était au courant des projets du terroriste", précise le journaliste de France 2.

Le JT
Les autres sujets du JT
La porte d\'entrée du domicile de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, l\'auteur de l\'attentat au camion,  à Nice (Alpes-Maritimes) le 15 juillet 2016.
La porte d'entrée du domicile de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, l'auteur de l'attentat au camion, à Nice (Alpes-Maritimes) le 15 juillet 2016. (MAXPPP)