Attentat à Nice : les blessés pris en charge grâce au "plan blanc"

Après l'attaque au camion qui a fait au moins 84 morts et une centaine de blessés jeudi 14 juillet à Nice, les personnels de soin ont été réquisitionnés.

France 3

Devant l'hôpital de Nice (Alpes-Maritimes) ce vendredi 15 juillet, les blessés légers commencent à sortir, après qu'un terroriste au volant d'un camion a tué au moins 84 personnes, lors du feu d'artifice du 14-juillet. "Je suis fatigué", murmure un homme. Plus loin, un jeune homme marche difficilement, il s'en sort avec une simple entorse. "Il y avait des gens en sang partout", explique-t-il.

"J'ai sauté dans le vide"

Toute la nuit, des ambulances ont convergé vers cet hôpital niçois, avec à son bord, des victimes. Sandrine explique comment elle a pu échapper au camion assassin. "Quand je me suis retournée, il était à quelques mètres, par réflexe, j'ai vu la tôle du restaurant en dessous et j'ai sauté dans le vide", témoigne-t-elle. Sur la promenade des Anglais, beaucoup de touristes assistaient au feu d'artifice, des vacances qui virent au cauchemar. Des cellules psychologiques ont été mises en place.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un policier monte la garde devant l\'entrée de l\'hôpital Pasteur, le 15 juillet 2016 à Nice (Alpes-Maritimes).
Un policier monte la garde devant l'entrée de l'hôpital Pasteur, le 15 juillet 2016 à Nice (Alpes-Maritimes). (JEAN-PIERRE AMET / REUTERS)