Affaire Adama Traoré : la famille demande à nouveau une reconstitution des circonstances de la mort

L'avocat de la famille dénonce des évolutions dans les déclarations des trois gendarmes qui ont procédé à l'interpellation d'Adama Traoré.

Assa Traoré, la soeur d\'Adama Traoré, lors d\'une manifestation contre les violences policières, devant le Tribunal de grande instance de Paris, le 2 juin 2020.
Assa Traoré, la soeur d'Adama Traoré, lors d'une manifestation contre les violences policières, devant le Tribunal de grande instance de Paris, le 2 juin 2020. (YANN CASTANIER / HANS LUCAS)

La famille d'Adama Traoré, mort en 2016 au cours d'une interpellation, réclame de nouveau aux juges d'instruction une reconstitution des faits afin d'élucider les causes de la mort du jeune homme de 24 ans, a annoncé mercredi son avocat. Une précédente demande en ce sens avait été effectuée l'an passé mais refusée par les magistrats instructeurs, ce qui avait conduit la famille à faire appel.

Malgré un avis favorable du parquet général à une reconstitution partielle, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris avait confirmé le rejet de cette demande. A l'appui de sa requête, l'avocat Yassine Bouzrou dénonce des évolutions dans les déclarations des trois gendarmes qui ont procédé à l'interpellation d'Adama Traoré et qui n'ont pas été mis en examen dans ce dossier.

Je sollicite de nouveau la réalisation d'une reconstitution des faits dans les plus brefs délais afin d'établir quels gestes ont été effectués par les gendarmes au moment de l'interpellation.Yassine Bouzroudans son courrier aux juges d'instruction

Le plaquage ventral en question

Le 19 juillet 2016, Adama Traoré était décédé dans la caserne des gendarmes de Persan près de deux heures après son arrestation dans sa ville de Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise) au terme d'une course-poursuite. Au début de l'enquête, un des trois militaires avait affirmé : "Il a pris le poids de notre corps à tous les trois" le temps du menottage.

Ce chef d'équipe était ensuite revenu sur ses déclarations et, la semaine passée, les avocats d'un des gendarmes, Pascal Rouiller et Sandra Chirac Kollarik, avaient abondé dans son sens. "Aucun plaquage ventral n'a jamais été pratiqué" et "à aucun moment les trois gendarmes n'ont fait peser le poids de leurs corps" sur Adama Traoré, écrivaient-ils dans un communiqué.

Des expertises contradictoires

Près de quatre ans après les faits, l'enquête est toujours ouverte et le dossier judiciaire est notamment devenu une bataille médicale. Si des expertises ordonnées par les juges ont mis en avant des antécédents médicaux – notamment cardiaques  pour expliquer ce décès et ont dédouané les trois gendarmes, deux rapports réalisés à la demande de la famille ont balayé leurs conclusions et pointé la technique d'interpellation des forces de l'ordre.

Après une ultime expertise judiciaire qui mettait hors de cause les militaires, la famille du jeune homme a réalisé depuis fin mai de nombreuses demandes d'actes, dont l'annulation de cette expertise. Début juillet, les auditions de deux témoins par les juges d'instruction sont par ailleurs prévues, dont celle de l'homme chez qui Adama Traoré avait été arrêté.