Contrôle routier mortel à Paris : la famille de la passagère tuée par la police va déposer plainte contre le conducteur du véhicule et contre X

L'avocate de la famille de la victime a déclaré son intention de déposer deux plaintes après la mort de Rayana, la jeune femme âgée de 21 ans passagère de la voiture contrôlée samedi.  

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des policiers ont ouvert le feu sur une voiture ayant refusé un contrôle de police, le 4 juin 2022, à Paris.  (MAXPPP)

La famille de la passagère tuée par la police samedi à Paris va déposer deux plaintes, mercredi 8 juin : l'une contre le conducteur du véhicule et l'autre, contre X, annonce son avocate à franceinfo.

>> Paris : ce que l'on sait de la mort de la passagère d'une voiture, tuée par balle par des policiers dénonçant un refus d'obtempérer

Une première plainte, pour "homicide involontaire", vise le conducteur de la voiture, lui-même blessé par balle par la police et placé en garde à vue mardi, affirme l'avocate Sylvie Noachovitch, sur RTL. "En refusant d'obtempérer alors que les passagers le suppliaient de s'arrêter, il a commis une violation délibérée aux règles de prudence et de sécurité et a causé la mort de Rayana", justifie-t-elle auprès de franceinfo. Dans son témoignage accordé à franceinfo, la passagère amie de la victime raconte que les occupants du véhicule lui avaient demandé de ne pas fuir le contrôle de la police, mais que le conducteur semblait "paniqué" car il n'avait pas le permis.

L'avocate de la famille de la victime a par ailleurs annoncé le dépôt d'une plainte contre X pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans l'intention de la donner", qui vise les policiers : "On ne comprend pas pourquoi on a tiré dix coups de feu devant la passagère, pourquoi elle s'est retrouvée avec une balle dans la tête", a-t-elle déclaré. "A en croire la version des témoins, il n'y avait plus de danger pour la vie des policiers au moment des tirs, a précisé Sylvie Noachovitch. Ils ne peuvent pas invoquer la légitime défense." Selon l'avocat des policiers, Laurent-Franck Liénard, le témoignage de la passagère "n'est pas conforme aux éléments objectifs du dossier".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Police

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.