Orages : deux morts, un dans le Tarn-et-Garonne, l'autre en Charente

Les orages violents qui se sont abattus sur le sud-ouest de la France ont provoqué lundi soir la mort de deux personnes : une jeune femme dans sa voiture dans le Tarn-et-Garonne et un chauffeur routier foudroyé sur un parking en Charente. A Montauban, la rentrée scolaire dans le primaire est reportée à mercredi.

(Beaucoup de dégâts à Montauban © RF/ Stéphane Iglésis)

"Les intempéries ont été particulièrement violentes en début de soirée, dans le Tarn-et-Garonne où une conductrice a trouvé la mort dans la commune de Montbeton, un arbre ayant chuté sur son véhicule. En Charente, un chauffeur routier a été foudroyé sur un parking de la commune de Nonaville", a indiqué mardi matin le communiqué du ministère de l'Intérieur. Il serait de nationalité bulgare. Il y a aussi des blessés dont deux gravement touchés et 10 personnes plus légèrement, dont un sapeur-pompier.

A midi, encore 58.900 foyers privés d'électricité

Les orages et vents forts ont provoqué d'importants dégâts sur les réseaux électriques. A la mi-journée, près de 59.000 foyers étaient encore privés d'électricités en Charente et Midi-Pyrénées. "Deux départements sont particulièrement touchés, explique Frédéric Boutaud, porte parole chez ERDF pour la région sud ouest. Dans le Tarn-et Garonne, 45.000 foyers sont touchés, 7.000 dans le Lot." Au total, 520 techniciens ERDF sont encore à pied d'oeuvre.

"Il y a eu d'importants dégâts sur le réseau électrique" Frédéric Boutaud, porte-parole d'ERDF
--'--
--'--

Le trafic SNCF perturbé

La circulation des trains a dû être interrompue sur les axes Toulouse-Montauban, Toulouse-Cahors-Brive et Toulouse-Agen à cause de nombreuses chutes d'arbres sur les voies. Deux trains étaient bloqués sur les voies à Villedieu et Montbartier. A la mi-journée, la SNCF annoncé une reprise progressive du trafic. A 17h, la circulation est revenue à la normale sur l'axe Toulouse-Cahors-Brive.

A LIRE AUSSI > Orages : le trafic ferroviaire reprend progressivement au nord de Toulouse

300 interventions

Selon le communiqué publié dans la nuit par la préfecture du Tarn-et-Garonne, les dégâts sont très importants : "Arbres arrachés, toitures détruites, (...) nombreuses routes coupées et habitations inondées, problèmes importants sur le réseau de téléphonie mobile".

"Je crois que c'était équivalent à une tempête tropicale. Je n'ai jamais vu la ville dans un tel état de calamité naturelle ; des arbres  jonchant le sol, des énormes platanes centenaires... " , a raconté Brigitte Barèges, la maire de Montauban sur France Info. 

"Je crois que c'était équivalent à une tempête tropicale"' Brigitte Barrèges, maire de Montauban
--'--
--'--

A Montauban, la chute d'un arbre sur une cuve de 5.000 litres de gaz a provoqué l'évacuation d'une quarantaine de personnes d'un immeuble. 

"On a des arbres qui sont tombés sur des citernes, sur des véhicules" Lieutenant-colonel Jean-Louis Feresse, directeur adjoint du SDIS du Tarn-et-Garonne
--'--
--'--

Sur l'A20, un poids lourd s'est renversé dans le sens Paris-Toulouse, sans faire de victime. Les pompiers sont intervenus une centaine de fois vers 23 heures et 200 autres interventions les attendaient, selon le CODIS, qui fait état d'un incendie dans une maison.

 

Des vents à 153km/h

Des dégâts ont aussi été relevés dans le Lot et dans le Gers, à Auch notamment. Météo France a noté des rafales de vent atteingnant 11km/h à Pau, 127 à Castelsarrazain et jusqu'à 153km/h à Le Montat. Les orages se sont accompagnés de fortes précipitations, brèves mais intenses et de grêle par endroit.

(L'orage et les vents violents au-dessus de Montauban, lundi soir © DR)

La rentrée scolaire retardée à Montauban

Les transports scolaires ont été suspendus dans le département pour ce mardi et la rentrée des classes a été reportée à mercredi, voire jeudi dans certains établissements. "Nous avons à déplorer des infiltrations importantes dans certains bâtiments, détaille Isabelle Ficat, proviseur de la cité solaire Antoine Bourdelle à Montauban. (...) Mercredi nous ne serons pas en mesure de faire la rentrée car nous devons sécurisé certains espaces."

"Il était impossible d'accueillir les élèves" Isabelle Ficat, proviseur d'une cité scolaire de Montauban
--'--
--'--

L'état de catastrophe naturelle demandé 

Sur France Info, ce mardi matin, la députée du secteur Valérie Rabault a indiqué qu'il y avait "plusieurs millions d'euros de dégâts ". Elle dit avoir fait "une demande d'état de catastrophe naturelle " auprès de Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur. "On savait vraiment que le vent allait tout emporter sur son passage.. C'est du jamais vu", a raconté  l'élue. 

"Des gens ont vu la cheminée traverser leur plancher" Valérie Rabault, député du Tarn-et-Garonne
--'--
--'--