Meurtres dans la Drôme et l'Ardèche : les enquêteurs étudient le potentiel rôle du suspect dans un autre homicide et une tentative d'homicide dans le Haut-Rhin

La police travaille désormais sur le lien existant entre le suspect et le meurtre d'une autre responsable des ressources humaines, mardi à Wolfgantzen, suivi de l'agression d'un cadre RH le même jour.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'entreprise Knauf à Wolfgantzen, dans le Haut-Rhin, le 29 janvier 2021. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

La piste d'un périple meurtrier se précise. Gabriel F., ingénieur sans emploi de 45 ans, a semé l'effroi, jeudi 28 janvier, confins de la Drôme et de l'Ardèche en abattant de sang froid une employée de Pôle Emploi à Valence, puis la DRH d'une entreprise où il avait travaillé, avant d'être arrêté.

La police travaille désormais sur le lien existant entre le suspect et le meurtre d'une autre responsable des ressources humaines, mardi 26 janvier à Wolfgantzen (Haut-Rhin), suivi de l'agression d'un cadre RH dans le même département le même jour, a appris France Télévisions.

Un lien ADN établi avec une tentative de meurtre

Une autopsie de cette autre DRH a été réalisée vendredi après-midi "à l'institut médico-légal de Strasbourg", a annoncé le parquet de Colmar dans la soirée, qui ne disposait pas encore des premières conclusions. La victime, une femme d’une trentaine d’années, a été abattue dans sa voiture sur le parking de son entreprise. Elle était DRH dans la société Knauf.

Selon les enquêteurs, elle a été tuée "par usage d'une arme de poing de type Luger 9 mm. L'examen du véhicule et du lieu des faits montrent que l'auteur a fait usage à plusieurs reprises de son arme", explique le parquet. Néanmoins, "si une similitude d'arme utilisée est mise à jour avec les faits commis dans la Drôme (même type d'arme) il n'est pas à ce stade établi qu'il s'agisse de la même arme. L'expertise balistique qui sera effectuée permettra sans doute de le déterminer", précise le procureur de Colmar.

Par ailleurs, un lien ADN a été établi entre le suspect du double meurtre commis jeudi et une tentative d'homicide survenue aussi dans le Haut-Rhin, a appris France Télévisions de source proche de l'enquête. Mardi, à Wattwiller, un homme s'est fait tirer dessus mais n'a pas été touché, l’agresseur l’ayant raté d’une dizaine de centimètres, selon son témoignage à France Bleu Alsace. Il a indiqué que lui et la femme tuée à Wolfgantzen étaient "d'anciens collègues" et "étaient encore en relation".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.