Handball : trois mois de prison avec sursis requis contre Nikola Karabatic

Le procureur Patrick Desjardins a demandé au tribunal de condamner "un enfant gâté du sport français", lundi 22 juin à Montpellier (Hérault).

Le handballeur international Nikola Karabatic s\'entretient avec son avocat Michael Corbier, lundi 22 juin 2015 à Montpellier (Hérault). 
Le handballeur international Nikola Karabatic s'entretient avec son avocat Michael Corbier, lundi 22 juin 2015 à Montpellier (Hérault).  (PASCAL GUYOT / AFP)

Trois mois de prison avec sursis et 30 000 euros d'amende ont été requis contre Nikola Karabatic devant le tribunal correctionnel de Montpellier, lundi 22 juin. Le handballeur comparaît dans l'affaire des paris suspects sur le match de handball Cesson-Montpellier en mai 2012, présumé truqué.

Le procureur évoque "un enfant gâté du sport français"

"Il n'y a pas de place pour l'ignorance. Non, non, M. Karabatic, il n'y a aucun pari qui a été pris dans votre dos !" a lancé le procureur, Patrick Desjardins, en s'adressant directement à l'ancien joueur de Montpellier, aujourd'hui au FC Barcelone. Le magistrat a demandé au tribunal de condamner "un enfant gâté du sport français", alors que celui-ci nie toujours avoir parié et réfute le trucage de la rencontre.

Concernant l'application Parions Sport téléchargée sur son smartphone, Nikola Karabatic a expliqué que lui et sa compagne, Géraldine Pillet, s'échangeaient régulièrement leur téléphone. Interrogé sur le retrait le 9 mai 2012 de 1 500 euros, la somme correspondant à la mise du 12 mai de sa compagne, le joueur a expliqué qu'il avait eu besoin de "liquide" pour de petites vacances à Ibiza avant les Jeux olympiques.

De la prison avec sursis requise contre d'autres joueurs

Patrick Desjardins a dénoncé une "tricherie en équipe", réclamant des amendes comprises entre 7 500 et 80 000 euros, et des peines de prison avec sursis allant de trois à six mois contre les 16 prévenus poursuivis pour escroquerie ou complicité.

A l'encontre des sept autres handballeurs, il a requis six mois de prison avec sursis et 60 000 euros contre Mladen Bojinovic, trois mois de prison avec sursis et 20 000 euros contre Luka Karabatic, Dragan Gajic, Issam Tej et Samuel Honrubia. Trois mois avec sursis ont enfin été demandés, avec des amendes moindres, contre Mickaël Robin (10 000 euros) et Primoz Prost (15 000 euros).