Anesthésiste de Besançon : Frédéric Péchier a tenté de se suicider, "il commençait à bouillir" selon son avocat

Maître Lionel Béthune de Moro se dit "pas totalement surpris du geste désespéré" que son client "a tenté de faire".

Article rédigé par
Avec France Bleu Besançon - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Frédéric Pechier, l'anesthésiste de Besançon soupçonné de 24 cas d'empoisonnement sur des patients, devant le palais de justice de Besançon, le 12 juin 2019 (SEBASTIEN BOZON / AFP)

"Je ne suis pas totalement surpris du geste désespéré qu'il a tenté de faire", déclare Maître Lionel Béthune de Moro à France Bleu Besançon mardi 5 octobre, alors que son client, l'anesthésiste Frédéric Péchier, a tenté de se suicider. L'homme, mis en examen pour 24 empoisonnements de patients dont neuf mortels entre 2008 et fin 2016, "commençait à bouillir", selon son avocat.

Frédéric Péchier "est actuellement en réa" à l'hôpital de Poitiers, précise le conseil. "Son pronostic est réservé. La question se posait même de son pronostic vital dans les premiers deux-trois jours" suivant sa tentative de suicide, affirme-t-il sans préciser la date de son geste. Le docteur s'est jeté d'une fenêtre de l'habitation de ses parents, où il placé sous contrôle judiciaire, vers Poitiers.

"Il n'a, malgré ses demandes, jamais été réentendu"

"Il tourne en rond. Ça fait quatre ans désormais" que la procédure judiciaire a commencé, explique l'avocat. La dernière fois que son client a été entendu par la justice, c'était en mai 2019 devant la cour d'appel de Besançon. "Deux ans et demi après, il n'a, malgré ses demandes, jamais été réentendu", ajoute le conseil. Ces derniers temps, "on avait du mal à lui apporter un quelconque réconfort", confie l'avocat. "Pour lui, le réconfort serait un non-lieu. Mais c'est aussi à tout le moins que l'information judiciaire avance. On attend toujours des nouvelles contre-contre-expertises."

Selon Lionel Béthune de Moro, "le problème, c'est qu'il est éloigné de sa famille. Il est sans activité professionnelle. Rien n'est possible et il est complètement désespéré". "Il a perdu tout espoir de reprendre le cours de sa vie. Il sait que de toute façon, quelle que soit l'issue, il n'exercera plus jamais son art parce que personne n'accepterait d'être traité par le docteur Péchier et puis il n'est pas dans les meilleures conditions pour pouvoir exercer donc il est à bout", continue-t-il.

Soupçonné de neuf empoisonnements mortels

Le docteur Frédéric Péchier, âgé de 47 ans, est accusé de 24 cas d'empoisonnement, dont neuf mortels, sur des patients âgés de 4 à 80 ans. Il a été mis en examen le 16 mai pour 17 nouveaux cas, qui s'ajoutent aux sept premiers. L'anesthésiste est soupçonné d'avoir pollué, entre 2008 et 2017, des poches de perfusion pour provoquer des arrêts cardiaques, démontrer ses talents de réanimateur et discréditer ses collègues de la clinique avec lesquels il était en conflit.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Anesthésiste de Besançon

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.