Incendies en Gironde : la reprise du feu de Landiras, le 9 août, n'est pas d'origine criminelle, selon le parquet

La thèse criminelle est en revanche toujours privilégiée concernant les premiers départs de feu sur le secteur, survenus mi-juillet.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un pompier à Belin-Béliet, en Gironde, le 11 août 2022. (LAURENT PERPIGNA IBAN / HANS LUCAS / AFP)

Le parquet écarte une reprise "d'origine criminelle" du feu de Landiras, en Gironde, qui a ravagé 7 400 hectares. "Aucun élément ne permet de pencher pour une origine criminelle", a déclaré mardi 16 août le parquet de Bordeaux. Le feu s'était déclaré mi-juillet, et une reprise était survenue le 9 août.

La thèse criminelle est en revanche, elle, toujours privilégiée concernant les premiers départs de feu sur le secteur. Une information judiciaire a été ouverte au criminel des chefs de "destruction par incendie". Selon la procureure de la République Frédérique Porterie, trois autres enquêtes ont par ailleurs été ouvertes pour des feux "d'origine criminelle" qui se sont déclarés sur les communes de Soulac, Vensac et Blanquefort.

Quelque 650 pompiers étaient encore mobilisés mardi pour neutraliser les nombreux points chauds autour de Landiras. Sur l'ensemble des soldats du feu mobilisés, près de la moitié font partie du contingent européen déployé sur place dans le cadre du mécanisme de protection civile de l'Union européenne, selon les pompiers.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Incendies de forêt

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.