Gendarmes tués dans le Puy-de-Dôme : "C'est une immense émotion dans notre petit pays d'Ambert", réagit le député André Chassaigne

Le député du Puy-de-Dôme connaissait bien l'une des victimes. Le député salue un gendarme "d'un très grand professionnalisme, d'une extrême gentillesse".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les militaires tués appartenaient à la compagnie d'Ambert. Des fleurs ont été déposées devant la gendarmerie en hommage aux gendarmes tués. (THIERRY NICOLAS / MAXPPP)

"C'est une immense émotion dans notre petit pays d'Ambert", a réagi mercredi sur franceinfo André Chassaigne, député de la 5e circonscription du Puy-de-Dôme, après la mort de trois gendarmes près de Saint-Just alors qu'ils intervenaient dans le cadre de faits de violences intrafamiliales.

André Chassaigne connaissait "personnellement" l'une des victimes, le lieutenant Morel, 45 ans, père de deux enfants, décédé lors de l'intervention. Le député salue un gendarme "d'un très grand professionnalisme, d'une extrême gentillesse, d'une humilité dans les contacts". "On le connaissait tous", raconte André Chassaigne. Le lieutenant Morel était "en poste depuis 2016 à Ambert", explique-t-il.

"Une tragédie qui touche toute notre population"

"Le gendarme Dupuis, qui avait 37 ans, avait aussi deux enfants et je n'oublie pas ce jeune de 21 ans, le brigadier Mavel", ajoute André Chassaigne. "Ici, à la campagne nous avons une relation très très proche avec les gendarmes, sans eux, notre vie serait différente".

"C'est une tragédie qui touche toute notre population", témoigne le député. Ces gendarmes "ont laissé leur vie pour vraisemblablement éviter un nouveau féminicide, c'est dire à quel point on peut saluer leur sacrifice", déclare aussi André Chassaigne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.