Fusillade à Nîmes : le trafic reprend, à peine 48 heures après le drame

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Fusillade à Nîmes : le trafic reprend, à peine 48 heures après le drame
Fusillade à Nîmes : le trafic reprend, à peine 48 heures après le drame Fusillade à Nîmes : le trafic reprend, à peine 48 heures après le drame (France 3)
Article rédigé par France 3 - É. Bonnasse, V. Chatelier, C. Chabaud, A. Grellier, P. Sauthier, France 3 Occitanie, P. Brame
France Télévisions
France 3
L’enquête se poursuit à Nîmes pour retrouver les auteurs de la fusillade qui a coûté la vie, lundi 21 août, au petit Fayed, 10 ans. Le quartier de Pissevin subit depuis des années le trafic de drogue qui a repris, 48 heures à peine après le décès du garçon.

Le quartier de Pissevin à Nîmes (Gard) est encore endeuillé, mais les petites mains du trafic de drogues ont repris du service au pied des bâtiments, mercredi 23 août. Comme à leur habitude, les guetteurs donnent l’alerte dès que la police approche. Dans l’après-midi, elle a occupé le terrain. Des opérations ont eu lieu, mais seuls quelques mineurs ont été contrôlés. C’est ici que Fayed, un enfant de 10 ans, a été tué par balle il y a deux jours. 

Les habitants ont peur 

Il est la victime collatérale d’un règlement de comptes entre trafiquants. D’après les premiers éléments de l’enquête, sa famille n’avait aucune activité illicite. Son institutrice se souvient d’un élève modèle. "C’était un petit gamin assez réservé, très sage, très posé, qui écoutait. (…) Il était top, et ses parents étaient fiers de lui. Parce qu’il réussissait en fait", confie-t-elle. Les habitants du quartier, eux, se sentent délaissés. "Quand je suis à la maison, j’ai peur", dit un homme. "Ils ont laissé faire les trafiquants de drogues. (…) On est comme dans un ghetto", commente un autre. Quarante-huit heures après le drame, les auteurs de la fusillade sont activement recherchés. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.