Cet article date de plus d'un an.

Femme retrouvée morte dans un parc de Mougins : l'homme placé en garde à vue reconnaît avoir "étranglé" la victime

Le corps de la victime identifiée comme issue du milieu de la prostitution cannoise avait été découvert dans un parc de Mougins (Alpes-Maritimes) mercredi. L'homme interpellé se présente comme un client de cette femme. Il a été mis en examen.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un ruban de la police près de l'étang de Fontmerle dans un parc de Mougins (Alpes-Maritimes), le 26 décembre 2019, au lendemain de la découverte sur place d'un corps partiellement dénudé et brûlé.  (MAXPPP)

L'enquête se poursuit afin de faire la lumière sur les circonstances de la mort d'une femme dans les Alpes-Maritimes, dont le corps, partiellement dénudé et brûlé, a été retrouvé dans un parc de Mougins, près de Cannes. Un homme de 28 ans, interpellé et placé en garde à vue vendredi 27 décembre, a reconnu avoir "étranglé" la victime, selon les informations recueillies samedi par France 3 auprès de la procureure de Grasse, Fabienne Atzori. 

Selon Fabienne Atzori, le suspect se présente comme un client de cette femme, identifiée comme issue du milieu de la prostitution cannoise. D'après ses déclarations, cet homme affirme qu'il aurait eu un litige avec elle, survenu au cours d'un rapport sexuel dans sa voiture. "Il l'aurait étranglée puis transporté le corps à Mougins", indique la magistrate. "Les raisons de ce conflit sont irrationnelles", ajoute la procureure. Lors d'une conférence de presse donnée dimanche, la procureure a annoncé que l'homme a été présenté au parquet et mis en examen. Elle a également indiqué qu'il était connu des services de police pour deux recels de vol commis en 2011/2012. Devant le juge d'instruction, le jeune homme a usé de son droit au silence, a précisé le parquet, qui a requis son placement en détention provisoire.

Une autopsie de la victime doit être pratiquée lundi. Cette femme âgée de 37 ans, domiciliée à Cannes, était de nationalité albanaise. "Elle avait été victime de violences en 2015", a indiqué la procureure de la République de Grasse à France 3.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.