Cet article date de plus de quatre ans.

Essonne : une boucherie vandalisée, les mots "Stop spécisme" inscrits sur sa vitrine

Une enquête pour "dégradation" a été ouverte. L'acte n'a pas encore été revendiqué. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
"Une cinquantaine" de boucheries ont été récemment vandalisées en France, selon la Confédération française de la boucherie-charcuterie et traiteurs (CFBCT).  (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Nouvelle attaque contre une boucherie en France. La vitrine de la boucherie le Parc, installée à Epinay-sur-Orge (Essonne) a été dégradée, samedi 1er septembre, a indiqué une source policière, confirmant une information du Parisien. Selon cette même source, la vitrine a été abîmée à plusieurs endroits et les mots "Stop spécisme" ont été inscrits sur l'établissement avant son ouverture. "J’ai entendu du bruit, mon voisin aussi", relate le responsable de la boucherie au quotidien. "Il a vu six ou sept personnes partir en courant. Il les a suivies, mais n’a pas réussi à les rattraper. J’ai tourné dans la ville pendant près d’une heure sans les trouver, ils ont dû fuir en voiture", poursuit-il. Une enquête a été ouverte pour "dégradation" et l'acte n'a pas encore été revendiqué.

Une "cinquantaine" d'actes de vandalisme en France

Les antispécistes s'opposent à toute hiérarchie entre espèces, notamment entre l'être humain et les animaux. Après une nouvelle attaque de commerce attribuée à des militants vegans, les bouchers-charcutiers ont été reçus le 3 juillet dernier au ministère de l'Intérieur. Cette rencontre faisait suite à l'attaque d'une boucherie de Jouy-en-Josas (Yvelines), cible d'un caillassage et sur laquelle avait été inscrit "Stop au spécisme". Dans les Hauts-de-France, sept boucheries ont été aspergées de faux sang en avril. Une boucherie et une poissonnerie ont été vandalisées, leurs vitrines brisées et leurs façades également taguées de l'inscription "stop au spécisme".

Selon la Confédération française de la boucherie-charcuterie et traiteurs (CFBCT), "au moins" "une cinquantaine" de boucheries ont été vandalisées sur l'ensemble du territoire, "soit par des tags soit par des bris de glace". La CFBCT a toutefois appelé à ne pas faire d'amalgame : "Toutes les organisations ne sont pas violentes", a déclaré son président, évoquant "des groupuscules, dans des départements, dans des régions, qui sont violents". Les associations antispécistes L214 et 269 Libération animale se sont notamment clairement distanciées de ce type d'actions.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.