Mort de Steve Maia Caniço : les zones d'ombre du rapport de l'IGPN

Selon le rapport de l'IGPN, la disparition de Steve Maia Caniço n'a rien à voir avec l'intervention des policiers le soir de la Fête de la musique à Nantes (Loire-Atlantique). Mais un témoin qui a assisté à des chutes ce soir-là affirme avoir été écarté de l'enquête.

FRANCE 3

Ils étaient une poignée, à peine une centaine, à venir manifester devant le siège de l'IGPN, la police des polices, à Paris. Ils sont venus dire toute la défiance que leur inspire la conclusion de l'enquête de l'IGPN, exonérant les forces de l'ordre de toute responsabilité dans la mort de Steve Maia Caniço. Le rapport de l'IGPN a dédouané les forces de l'ordre en écartant tout lien entre l'intervention de la police le soir de la Fête de la musique à Nantes (Loire-Atlantique) et la mort de Steve Maia Caniço.

Un CRS et des témoins n'auraient pas été auditionnés

Mais ce rapport a fait l'objet de critiques, des témoins parmi les jeunes fêtards auraient été oubliés, ce que conteste l'IGPN. Un gradé CRS n'aurait pas été auditionné après avoir critiqué l'usage des gaz lacrymogènes le soir de l'incident. Sur ce point, Christophe Castaner a assuré que l'enquête se poursuit dans la transparence. L'enquête judiciaire s'annonce elle aussi difficile. Les deux juges d'instruction désignés ont demandé à être dessaisis du dossier, vendredi 2 août, et que l'affaire soit dépaysée dans un autre tribunal que celui de Nantes pour garantir la sérénité et l'objectivité de l'enquête.

Le JT
Les autres sujets du JT
La Grue jaune à Nantes (Loire-Atlantique), près du lieu où le corps de Steve Maia Caniço a été découvert, le 29 juillet 2019. 
La Grue jaune à Nantes (Loire-Atlantique), près du lieu où le corps de Steve Maia Caniço a été découvert, le 29 juillet 2019.  (LOIC VENANCE / AFP)