Mort de Steve Maia Caniço : pourquoi le corps a été retrouvé en amont du lieu présumé de sa disparition

La dépouille du jeune Nantais a été retrouvé près de la grue jaune, à près de deux kilomètres du quai Wilson, où il a disparu le soir de la Fête de la musique. 

La Grue jaune à Nantes (Loire-Atlantique), près du lieu où le corps de Steve Maia Caniço a été découvert, le 29 juillet 2019. 
La Grue jaune à Nantes (Loire-Atlantique), près du lieu où le corps de Steve Maia Caniço a été découvert, le 29 juillet 2019.  (LOIC VENANCE / AFP)

Après des recherches particulièrement complexes, le corps de Steve Maia Caniço a été repêché dans la Loire, à Nantes (Loire-Atlantique), lundi 29 juillet, et identifié mardi. Sa dépouille a été retrouvée au pied de la grue jaune, sur l'île de Nantes. Ce monument emblématique de la ville est distant d'environ deux kilomètres du quai Wilson, lieu de la disparition du jeune homme la nuit de la Fête de la musique. 

Surtout, le monument se situe en amont du lieu du quai Wilson. De quoi semer la confusion sur les réseaux sociaux, alimentée par un article de Breizh-info qui juge l'hypothèse de la dérive du corps entre le quai Wilson, soit le bras sud de la Loire, et la Grue jaune, le bras nord, "hautement improbable".

L'article a été abondamment partagé, notamment par le compte Twitter Commissaires Police Nationale SCPN (qui l'a supprimé depuis), "proche de la mouvance identitaire", rapporte Le Parisien. De quoi, selon certains internautes, remettre en question la responsabilité de la police dans la mort du jeune homme. "Comment un corps sans vie peut-il remonter le courant pour etre repêché en amont ?" questionne ainsi l'un d'eux. 

L'influence des marées 

Pourtant, rien d'étonnant "au vu de la complexité des effets des marées et de la Loire", expliquait Cécile de Oliveira, l'avocate de la famille de Steve Maia Caniço, au quotidien local Presse Océan. La Loire a en effet la particularité de subir les marées, parfois jusqu'à Ancenis, à 100 km des côtes. "La direction que prend un corps lorsqu'il dérive est impossible à étudier", décrypte le sauveteur-plongeur Thierry Brédillot à Ouest-France. Les recherches du corps s'étaient d'ailleurs étendues sur un large périmètre. Des plongeurs du service départemental d'incendie et de secours et de la gendarmerie ont régulièrement sillonné le fleuve sur une distance de plusieurs kilomètres. 

Le fait de retrouver le corps en amont du quai Wilson est donc loin d'être impossible."A Nantes, la marée montante dure cinq heures, et la descendante sept heures. On pourrait donc croire qu'on retrouve le corps en aval et pas en amont. C'est vrai, s'il reste en surface", précise au Le Parisien Patrick Grellier, président de Sécurité nautique Atlantique, une association de secourisme.