Affaire Fiona : la mère mise en examen pour "coups mortels aggravés"

Cécile Bourgeon était jusqu'ici poursuivie pour "non-assistance à personne en danger".

Cécile Bourgeon, la mère de Fiona, lors d\'une interview, à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), le 18 mai 2013.
Cécile Bourgeon, la mère de Fiona, lors d'une interview, à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), le 18 mai 2013. (MAXPPP)

Cécile Bourgeon est désormais suspectée d'avoir provoqué la mort de sa fille. La mère de la petite Fiona, dont le corps reste introuvable, a été mise en examen mardi 22 octobre pour "coups mortels aggravés", a annoncé le procureur de la République de Clermont-Ferrand. Elle était jusqu'ici poursuivie pour quatre délits, dont "recel de cadavre" et "non-assistance à personne en danger".

Cette mise en examen intervient après les accusations portées par le compagnon de Cécile Bourgeon, Berkane Maklouf, contre la mère de la fillette. Selon lui, Cécile Bourgeon aurait frappé sa fille au ventre et à la tête le soir du drame.

Un hématome à la tête une semaine avant la disparition

Cécile Bourgeon et Berkane Maklouf sont désormais poursuivis pour les mêmes chefs d'accusation. "Leurs statuts juridiques sont alignés l'un sur l'autre, a expliqué le procureur, estimant que c'était "cohérent", puisqu'ils portent "des accusations réciproques".

Selon la mère, Fiona avait déjà un hématome à la tête une semaine avant sa disparition, a révélé le procureur. "Au cours de la semaine entre le 7 au 12 mai", date de la disparition de Fiona, la fillette avait un hématome sur la tempe gauche "dès le mardi" et elle était sortie le mercredi après-midi avec un bandeau sur la tête "pour cacher" ce bleu. Le vendredi, "Fiona n'allait pas bien" et ce jour-là, "l'hématome était descendu sur l'œil", a précisé le procureur, qui parle donc d'une fillette "en mauvaise santé" au moment de sa disparition.

Cécile Bourgeon maintient sa version

Cécile Bourgeon a toutefois maintenu sa version des faits, a déclaré son avocat, Me Gilles-Jean Portejoie. Il a indiqué qu'il allait déposer un recours en annulation devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Riom. "Il n'y a pas d'autres éléments que les accusations de Maklouf et Cécile Bourgeon ne change pas sa ligne de défense", a-t-il dit. Elle continue de faire porter sur son compagnon la responsabilité des coups portés à Fiona, même si ceux-ci n'étaient pas mortels, selon elle.

Une confrontation entre les deux conjoints pourrait être organisée, mais probablement pas avant le mois de novembre.