La mère et le beau-père de Fiona mis en examen et incarcérés

Cécile Bourgeon est notamment mise en examen pour "non-assistance à personne en danger", Berkane Maklouf, son compagnon, pour "coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner".

Des gendarmes quadrillent le secteur du lac d\'Aydat (Puy-de-Dôme), le 26 septembre 2013. 
Des gendarmes quadrillent le secteur du lac d'Aydat (Puy-de-Dôme), le 26 septembre 2013.  (THIERRY ZOCCOLAN / AFP)

Après avoir fait croire à sa disparition depuis le mois de mai, la mère et le beau-père de Fiona sont passés aux aveux et ont reconnu la mort de la fillette de 5 ans. Cécile Bourgeon et son compagnon, Berkane Maklouf, ont été mis en examen et incarcérés, jeudi 26 septembre. 

L'enquête s'est accélérée mardi quand, quatre mois et demi après la disparition de Fiona, le couple a été placé en garde à vueFrancetv info revient sur les dernières évolutions de l'enquête.

La mère et le beau-père de la fillette mis en examen 

"Non assistance à personne en danger", "modification d'une scène de crime", "recel de cadavre" et "dénonciation d'un crime imaginaire" : ces quatre chefs d'accusation ont été retenus contre Cécile Bourgeon, 25 ans. Quatre délits, et non des crimes, pour lesquels elle risque cinq ans de prison. Elle a été placée en détention provisoire à Lyon. 

Berkane Maklouf, 32 ans, fait figure de principal suspect dans le décès de la petite fille, même s'il "ne reconnaît pas l'avoir frappée" et conteste donc les accusations de sa compagne, selon son avocat, Mohamed Khanifar. Il a été mis en examen plus tard dans la soirée pour "coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner" sur mineure de moins de 15 ans et par personne ayant autorité, un crime puni de 30 ans de réclusion.

Pour avoir négligé de prévenir les secours puis enterré le corps, aux côtés de Cécile Bourgeon, il est également mis en examen pour "non assistance à personne en danger" et "recel de cadavre". L'homme a déjà été condamné à plusieurs reprises pour des faits de violences et des affaires de stupéfiants.

Des précisions sur le déroulement des faits 

Le procureur de la République de Clermont-Ferrand, Pierre Sennès, a souligné "de fortes discordances" sur les circonstances de la mort de Fiona. Selon Cécile Bourgeon, Berkane Maklouf a "porté un coup important" à la fillette le soir du 11 mai, lui occasionnant "un hématome autour de l'œil". Dans la nuit, "Fiona a vomi à plusieurs reprises" et elle a été "découverte morte dans son lit au matin".

Le couple, divergeant un instant sur l'opportunité de prévenir la police, aurait finalement mis le corps dans un sac, placé dans le coffre de leur voiture, avant d'enterrer la fillette "à la lisière d'une forêt" d'Aydat (Puy-de-Dôme), nue et en présence de sa sœur de 2 ans.

Berkane Maklouf, lui, reconnaît que Fiona a reçu des coups dans les jours précédant sa mort mais "nie farouchement" en être l'auteur, avait expliqué son précédent avocat, Xavier Capelet. "Il a reconnu un accident domestique et (…) que le couple avait monté un scénario. Selon lui, l'enfant s'est étouffée dans son vomi. Ils l'ont trouvée le matin dans cet état et ont paniqué", selon l'avocat. La petite avait l'habitude de se faire vomir, pour imiter les nausées de sa mère enceinte ou en se plaignant de maux de ventre, a affirmé le suspect aux policiers. Le soir du drame, il l'aurait réprimandée, lui interdisant de se faire vomir et d'aller aux toilettes. Il lui aurait donné une fessée, alors que Cécile Bourgeon était couchée.

 Le corps toujours introuvable

Le corps de Fiona n'a pas encore été retrouvé. Les fouilles près du lac d'Aydat, à 20 kilomètres au sud-ouest de Clermont-Ferrand, se sont révélées infructueuses jeudi, faute d'indications précises de Cécile Bourgeon. Le maire d'Aydat, Roger Lepetit, a expliqué que "la commune est très vaste" puisque sa superficie atteint "136 km2".

Berkane Maklouf a décidé dans la soirée de participer à ces recherches, pour montrer sa "volonté de collaborer" et tenter de se disculper des coups, mais il ne le fera pas dès vendredi, a annoncé son avocat.