Affaire Jubillar : qui est Séverine L., la nouvelle compagne de Cédric Jubillar placée en garde à vue ?

Agée de 44 ans, elle a été interpellée, mercredi matin, par les gendarmes, un an jour pour jour, après la disparition de l'infirmière de 33 ans à Cagnac-les-Mines. Séverine L. est placée en garde à vue pour "complicité de recel de cadavre".

Article rédigé par
David di Giacomo - Catherine Fournier
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Lors de la perquisition au domicile de la nouvelle compagne de Cédric Jubillar, Séverine L., à Lescure-d'Albigeois (Tarn), le 15 décembre 2021.  (MAXPPP)

Nouveau rebondissement dans l'affaire Jubillar. Selon les informations de franceinfo, la nouvelle compagne de Cédric Jubillar a été interpellée et placée en garde à vue pour "complicité de recel de cadavre" mercredi 15 décembre, un an, jour pour jour, après la disparition de Delphine Jubillar à Cagnac-les-Mines (Tarn). Séverine L., 44 ans, est entendue par les gendarmes à Gaillac. D’autres personnes dans l’entourage du suspect sont aussi auditionnées par les enquêteurs.

Delphine Jubillar, une infirmière de 33 ans, n'a plus donné signe de vie depuis la nuit du 15 au 16 décembre 2020, alors que le couple était en instance de séparation. Son époux, mis en examen pour "homicide volontaire sur conjoint" et placé en détention provisoire depuis le 18 juin, clame son innocence.

Une connaissance de longue date

Quelques jours avant sa mise en examen, le 4 juin, Cédric Jubillar s'était affiché sur Facebook avec une nouvelle compagne, Séverine L. Sur la photo de profil, ils apparaissaient tête contre tête avec un filtre de lumière dorée. Selon La Dépêche du midi, cette aide à domicile, qui habite à Lescure-d'Albigeois, avait fait connaissance avec le couple Jubillar lorsqu'il vivait à Arthès, avant de s'installer à Cagnac-les-Mines. 

Le jour du placement en garde à vue de Cédric Jubillar, elle confirmait à nos confrères de France 3 Occcitanie l'avoir rencontré voici quelques années par le biais de son fils. Elle disait avoir repris contact avec Cédric Jubillar peu de temps après l'annonce de la disparition de sa femme, "juste avant Noël".

Déjà entendue par les gendarmes

Alors en arrêt de travail pour des soucis de santé, Séverine L. prenait, le 17 juin, la défense de son compagnon. "J'ai passé du temps avec lui pendant ces deux derniers mois. Pour moi, il est innocent, il ne m'a jamais montré que ce serait lui qui aurait fait ce geste-là." "Il est adorable, il est attachant. Il s'occupe bien de ses enfants, de l'intérieur de sa maison. L'extérieur, je lui ai redonné goût à la vie donc il a commencé à s'en occuper", poursuivait-elle, en référence à l'état délabré du pavillon où vivait le couple.

"J'ai à 200% confiance en lui. Je serais dégoûtée de m'être trompée. Je lui tiendrai la main jusqu'au dernier moment. Qu'on arrête de s'acharner sur moi et sur lui", enjoignait-elle.

A l'époque, elle avait déjà été entendue en audition libre par les gendarmes, sans qu'aucune charge ne soit retenue contre elle. Selon les informations de franceinfo, son logement a été perquisitionné pour la première fois mercredi. Contacté par France Télévisions, l'avocat de Séverine L., Johann Ricci, se dit "convaincu que [sa] cliente est innocente. Elle est tombée amoureuse de Cédric Jubillar au cours des battues [pour retrouver l'infirmière], postérieures aux faits". Sa garde à vue peut se poursuivre pendant 48 heures. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Disparition de Delphine Jubillar

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.