Ce que l'on sait de la mort d'une adolescente de 14 ans poignardée lors d'une rixe dans l'Essonne

La victime a reçu un coup de couteau lors d'un affrontement opposant des jeunes de deux communes voisines, Saint-Chéron et Dourdan.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Le collège Pont de Bois de Saint-Chéron (Essonne), à proximité duquel une adolescente a été mortellement poignardée le 22 février 2021. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Une jeune fille de 14 ans est morte, lundi 22 février, après avoir été gravement blessée d'un coup de couteau lors d'un affrontement entre bandes rivales à Saint-Chéron (Essonne), petite commune de la région parisienne. Selon nos informations, cette collégienne tentait de s'interposer lorsqu'elle a été touchée. Une enquête a été ouverte et six personnes ont été mises en examen, a annoncé jeudi 25 février le parquet d'Evry.

La victime est une collégienne de 14 ans

La jeune victime, Lilibelle Galazzo, était âgée de 14 ans. Née le 16 juin 2006 à Dourdan (Essonne), elle était scolarisée en troisième dans un collège de la ville, a indiqué la procureure. "Dernière d'une fratrie de quatre enfants, elle faisait l'objet d'un suivi éducatif par un juge des enfants d'Evry", a-t-elle précisé.

Selon le président LR du conseil départemental de l'Essonne, François Durovray, interrogé sur BFMTV, la jeune fille avait été "exclue de son établissement de Saint-Chéron" et était "en procédure d'exclusion sur l'établissement de Dourdan", une commune située à une dizaine de kilomètres de là. Cité par Le Parisien plus tôt dans la journée, le rectorat avait précisé qu'elle venait d'intégrer une classe de troisième dans un nouvel établissement, le collège Jean-Moulin, à La Norville, une autre commune du département.

Par ailleurs, la jeune fille était connue des services de gendarmerie, a appris franceinfo de source proche de l’enquête.

Elle a été touchée en s'interposant

Selon nos informations, l'adolescente a été touchée lors d'une rixe qui s'est déroulée à 15 heures, lundi, dans une rue proche du collège de Saint-Chéron (Essonne). L'établissement était fermé en raison des vacances scolaires.

L'affrontement a opposé un groupe de jeunes de Saint-Chéron à d'autres jeunes d'une bande rivale de Dourdan, qui étaient venus pour en découdre. Un coup de force qui s'inscrit dans un contexte de tensions "depuis l'été dernier" sur "fond de messages, insultes et provocations sur les réseaux sociaux", indique le parquet dans un communiqué mercredi.  Une dizaine de personnes étaient impliquées, selon les informations de France Télévisions. La procureure a indiqué qu'une bagarre avait éclaté avec des jeunes de Dourdan "âgés de 14 à 18 ans, vêtus de noir et portant des capuches".

C'est au moment où la jeune femme a tenté de s'interposer qu'elle a été blessée. "L'un des jeunes a sorti un couteau et a poignardé la victime au niveau du ventre", a expliqué la procureure, ajoutant que les jeunes avaient alors pris la fuite. Encore en vie à l'arrivée des pompiers et hospitalisée, Lilibelle Galazzo a succombé à ses blessures dans la nuit de lundi à mardi à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne). Une autopsie de la victime doit être réalisée mercredi matin.

Six personnes mises en examen

Six adolescents de 14 à 16 ans ont été mis en examen, a annoncé le parquet d'Evry dans un communiqué, jeudi 25 février. "Le mineur ayant admis avoir porté le coup de couteau a été placé en détention provisoire. Les cinq autres mineurs ont été placés sous contrôle judiciaire avec les obligations sollicitées et notamment interdiction de paraître en Ile-de-France (hormis un placement familial dans les Yvelines) et interdiction de contact avec les coauteurs, les victimes et leur famille", précise-t-il.

Grâce au signalement donné par des témoins sur leur tenue vestimentaire et à leurs prénoms, trois jeunes âgés de 13 ans, contrôlés en gare de Sermaise (commune située entre Dourdan et Saint-Chéron), avaient été interpellés et placés en garde à vue lundi à 16h35. Trois autres mineurs, deux âgés de 15 ans et un âgé de 16 ans, se sont présentés avec leurs parents dans des brigades de gendarmerie locales dans la soirée.

Selon la procureure, tous les six "avaient pris les transports en commun pour venir en découdre à Saint-Chéron dans un contexte de rivalité entre bandes". Les premières auditions ont permis de retrouver l'arme du crime, un Opinel. La magistrate a indiqué que l'un des mineurs entendus "a admis son implication dans le coup mortel porté à la victime". Cet adolescent est connu des autorités pour "deux infractions, sans lien avec des faits de violence". L'enquête doit permettre "d'identifier d'autres victimes de la rixe", a-t-elle ajouté.

Des rixes qui "gangrènent" l'Essonne

Le préfet de l'Essonne, Eric Jalon, a indiqué mardi avoir demandé à la gendarmerie "de renforcer la surveillance et la vigilance dans le secteur de Saint-Chéron, Dourdan et les communes avoisinantes pour éviter toute propagation de ce phénomène à court terme""Nous allons bien entendu rester très vigilants dans les jours qui viennent", a-t-il ajouté sur BFMTV.

Il a également annoncé son intention de réunir, lundi prochain, "les maires de la dizaine de communes les plus concernées par ce phénomène [d'affrontements entre bandes] dans le département", ainsi que les entreprises de transports et l'Education nationale, afin de travailler à doter "chacun de ces secteurs d'un véritable dispositif anti-rixes".

Les affaires de bandes rivales "gangrènent l'Essonne et placent les mineurs en première ligne", a commenté de son côté la procureure d'Evry, Caroline Nisand. En 2020, le ministère de l'Intérieur a ainsi recensé 99 "affrontements entre bandes de quartiers ou groupes informels" dans le département, sur un total de 186 dans la grande couronne de l'Ile-de-France (Essonne, Seine-et-Marne, Val-d'Oise et Yvelines) et 357 dans toute la France, selon des chiffres transmis à franceinfo. Mardi soir, un autre adolescent a été tué au cours d'une rixe à Boussy-Saint-Antoine (Essonne), à une quarantaine de kilomètres de Saint-Chéron.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.