VIDEO. Renseignements : de nombreux critères d'embauche

Les services de renseignement français vont recruter 1 100 personnes d'ici à trois ans. France 2 revient sur les multiples compétences nécessaires pour entrer à la DGSE.

France 2

Si les services de renseignement reçoivent chaque année des centaines de candidatures spontanées – émanant essentiellement de militaires et de policiers –, les critères d'embauche ne sont pas simples à remplir.

Il y a d'abord une première sélection sur dossier, puis une batterie de tests psychologiques, de culture générale et de langues, explique France 2. "Il y a beaucoup de tests de mémoire", indique aussi Pierre Martinet, ex-agent de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), avant d'ajouter que "c'est très important".

Pas un James Bond, mais quelqu'un qui passe partout

Une enquête, dite de sécurité, est ensuite menée sur l'entourage du candidat, son passé, ses fréquentations. Ceux qui ne sont pas écartés subissent alors une série d'entretiens visant à cerner leur profil psychologique.

"Pour être un bon agent secret, il ne faut surtout pas être James Bond. Il faut être quelqu'un qui passe partout, des gens très stables psychologiquement", assure Bernard Barbier, ancien directeur technique de la DGSE.

Au sein des services de renseignement, il existe plus de 40 métiers différents : toutes les compétences sont utilisées.

Le JT
Les autres sujets du JT
Photo non datée du siège de la DGSE, boulevard Mortier, à Paris.
Photo non datée du siège de la DGSE, boulevard Mortier, à Paris. (DGSE / AFP)