Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Le récit des otages de la porte de Vincennes : "Coulibaly nous a dit qu'il n'avait pas peur de mourir"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Isabelle Sabourault, José Boulesteix, Caroline Robillard / France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Interrogés par France 2, les otages racontent les quatre heures infernales qu'ils ont passées dans le magasin Hyper Cacher de la porte de Vincennes, à Paris. 

Quatre otages ont été tués. Les autres, indemnes, ont vécu quatre heures de cauchemar. Désormais, ils racontent. Amedy Coulibaly s'est introduit, vendredi 9 janvier à 13h15 dans le supermarché Hyper Cacher, à l'angle de l'avenue de la porte de Vincennes et de la rue Albert-Willemetz, lourdement armé.

D'après Marie, présente sur place, l'un des otages tente de dérober une arme à Coulibaly. "Il a répliqué en lui mettant une balle dans la tête." Amedy Coulibaly fait s'asseoir les otages. A leur droite, deux cadavres. "Il nous a dits : 'dans mon sac, il y a des explosifs. Je n'ai pas peur de mourir", raconte l'otage.

>> Suivez la situation en direct

Un employé du magasin Hyper Cacher a pu s'échapper par une sortie de secours. Il raconte sa fuite : "Il nous a demandé de monter tous là-haut, il a dit que s'il trouvait n'importe qui en bas, il allait le tuer." Parmi les otages, un bébé de 2 ans, raconte l'employé du magasin. "Je leur ai dit [aux clients] : 'Vous restez calmes, moi je vais sortir'. Je suis sorti en courant."

C'est lui qui a donné aux forces de l'ordre les clefs du rideau de fer, pour l'ouvrir lors de l'assaut qui a coûté la vie au preneur d'otages. Les rescapés et leurs familles sont tous aujourd'hui suivis par une cellule de soutien aux victimes.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.