Ce que l'on sait de la prise d'otages de la porte de Vincennes

Plusieurs otages ont pu être libérés, selon des journalistes de l'agence France-Presse. 

Des membres de la police devant l\'épicerie casher où une prise d\'otages a eu lieu le 9 janvier 2015.
Des membres de la police devant l'épicerie casher où une prise d'otages a eu lieu le 9 janvier 2015. (THOMAS SAMSON / AFP)

L'assaut a été donné vendredi 9 janvier vers 17h10 porte de Vincennes, à Paris, où une prise d'otages était en cours depuis la mi-journée dans un supermarché casher. A l'issue de cet assaut, cinq personnes, dont l'auteur de la prise d'otages, ont été tuées, a confirmé le ministre de l'Intérieur, sur France 2. "Quatre policiers ont été blessés. Je vais me rendre à leur chevet ce soir", a-t-il ajouté.

EXCLUSIF FRANCE 2

Quatre otages tués, une demi-douzaine libérés

Le preneur d'otages, Amedy Coulibaly, probable auteur de la fusillade de Montrouge (Hauts-de-Seine), est mort. Les quatre autres personnes tuées sont des otages, dont au moins trois ont été tuées lors d'une fusillade survenue au début de la prise d'otages vers 13 heures, selon des sources proches du dossier.

Vers 15 heures, Coulibaly a passé un coup de téléphone à BFMTV dans lequel il affirme que quatre otages sont déjà morts.

Après l'assaut, une demi-douzaine d'otages ont pu sortir et ont été abrités par les policiers derrière un fourgon blindé noir de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI). Un enfant est sorti visiblement indemne dans les bras d'un policier. Plusieurs ambulances ont ensuite quitté les lieux sirènes hurlantes. Un brancard été sorti d'une ambulance et dirigé à l'intérieur de la supérette.

Outre les quatre policiers évoqués par Bernard Cazeneuve, quatre autres personnes ont été blessées.

Un téléphone mal raccroché a permis d'écouter Coulibaly

Les policiers ont écouté et entendu en direct la prise d'otages d'Amedy Coulibaly grâce à un téléphone qu'il avait apparemment mal raccroché après avoir appelé un proche. Cela leur a permis, même "indistinctement ou de manière décousue", mais en direct, "de savoir ce qui pouvait se passer".

Ils ont décidé de l'assaut en profitant d'un apparent relâchement du preneur d'otages – selon ce qu'ils entendaient – afin d'intervenir.

Un doute sur un deuxième preneur d'otage 

Par ailleurs, les investigations se poursuivent afin de déterminer si le preneur d'otages a agi seul. Selon France 2, il y avait au moins deux preneurs d'otages, mais le doute subsiste. Certaines sources évoquent aussi une possible fuite de ce deuxième preneur d'otages. 

En effet, vendredi après-midi, la police a lancé un appel à témoins avec la photo d'Amedy Coulibaly et celle d'Hayat Boumeddiene, 26 ans. Elle est actuellement toujours recherchée par la police.

Un "acte antisémite effroyable"

Peu avant 20 heures, François Hollande a pris la parole dans une courte allocution, pour commenter les événements dramatiques de la journée de vendredi. Le chef de l'Etat a confirmé la mort des quatre otages. Il a aussi dénoncé "un acte antisémite effroyable", commis dans ce supermarché casher. Un caractère antisémite confirmé par Bernard Cazeneuve. Au cours du coup de téléphone adressé à BFMTV, le preneur d'otage a dit avoir choisi cette épicerie pour cibler des juifs.