François Hollande sévit et sanctionne Agnès Saal

Pour manquements aux obligations professionnelles et mauvais usage des deniers publics, l'ex-directrice de l'INA est exclue de la fonction publique pendant six mois. Mais elle aurait pu être purement révoquée.

Voir la vidéo
FRANCE 2

L'affaire des factures de taxi d'Agnès Saal n'est pas passée pour François Hollande. Suivant l'avis du Conseil de discipline des fonctionnaires, le président de la République a pris une décision forte : l'ancienne directrice de l'Institut national de l'audiovisuel (INA) est exclue de la fonction publique pendant six mois, plus 18 mois avec sursis. Elle sera réintégrée à l'issue de sa sanction.

En 10 mois en 2014, Agnès Saal a dépensé pour 41 000 euros de notes de taxi. François Hollande, qui l'avait nommée, punit aujourd'hui l'énarque pour manquements aux obligations professionnelles et mauvais usage des deniers publics.

Elle a échappé à la révocation

Rémi Sermier, avocat d'Agnès Saal, dénonce une décision trop sévère au micro de France 2 : "C'est, en quelque sorte, la volonté de faire un exemple. C'est une sanction qui [...] est disproportionnée par rapport à la réalité des manquements qu'on peut éventuellement reprocher à Agnès Saal". Mais selon Perrine Athon-Perez, avocate spécialiste de la fonction publique, des faits bien moins graves sont souvent sanctionnés bien plus lourdement. Chaque année, 150 fonctionnaires sont révoqués. Après six mois, Agnès Saal réintégrera le ministère de la culture. Mais elle fait aussi l'objet d'une procédure pénale pour détournement de fonds publics.

Le JT
Les autres sujets du JT
Agnès Saal au siège de l\'INA, à Bry-sur-Marne (Val-de-Marne), le 31 juillet 2014.
Agnès Saal au siège de l'INA, à Bry-sur-Marne (Val-de-Marne), le 31 juillet 2014. (DOMINIQUE FAGET / AFP)