Cet article date de plus d'un an.

Meurtre de Sarah Halimi : des milliers de manifestants demandent un changement de la loi

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Meurtre de Sarah Halimi : des milliers de manifestants demandent un changement de la loi
FRANCE 2
Article rédigé par
J.Weyl, I.Baechler, D.Sébastien, M.Dana, E.Jacquin, J-F.Lons, D.Attal - France 2
France Télévisions

Le meurtrier de Sarah Halimi n’a pas été jugé responsable de ses actes par la Cour de cassation, qui estime qu’il était sous l’effet d’une bouffée délirante causée par la drogue lors de son passage à l'acte, en 2017. Des dizaines de milliers de manifestants ont réclamé un changement de la loi, dimanche 25 avril.

Plus de 20 000 personnes se sont rassemblées à Paris, place du Trocadéro, dimanche 25 avril, pour témoigner de leur colère et de leur incompréhension. De nombreuses personnalités politiques et artistiques, tout comme des citoyens ordinaires, sont venus protester contre la décision de la Cour de cassation de ne pas juger le meurtrier de Sarah Halimi. Cette femme juive de 65 ans a été tuée en avril 2017 par son voisin. L’homme l’avait roué de coups avant de la jeter par la fenêtre de son appartement. La justice estime qu’au moment des faits, il était atteint d’une bouffée délirante à cause de la drogue et qu’il ne peut donc pas être tenu responsable de son acte à caractère antisémite, ce qui a mis en colère de nombreux manifestants. "Si toute personne qui fume un joint aujourd’hui n’est pas responsable, je peux vous dire que 90% des gens ne sont pas responsables de ce qu’ils font", lance une femme.  

Un projet de loi en préparation

Devant la cour d’appel de Lyon (Rhône) un millier de personnes étaient également présentes pour contester cette décision, dimanche. À Marseille (Bouches-du-Rhône), la communauté juive a aussi manifesté dans les rues. Tous demandent un changement de la loi. Le président s’y était montré favorable il y a quelques jours. Un projet de loi pour combler ce vide juridique devrait être examiné par le parlement cet été.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.