"Justice pour Sarah Halimi" : 26 000 manifestants ont défilé partout en France

Le 14 avril, la Cour de cassation a confirmé que son meurtrier était pénalement irresponsable au moment des faits. Il ne sera donc pas jugé. 25 000 personnes ont protesté contre cette décision ce dimanche.

Article rédigé par
France Bleu Gironde, France Bleu Alsace, France Bleu Provence - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des milliers de personnes se sont réunies sur la place du Trocadéro, à Paris, en mémoire de Sarah Halimi, le 25 avril 2021 (ALAIN GASTAL/ FRANCEINFO)

Plus de 25 000 personnes, dont 20 000 à Paris, ont protesté ce dimanche dans plusieurs villes de France pour dénoncer l'absence de procès du meurtrier de Sarah Halimi, a relevé le réseau France Bleu. Une décision de la Cour de cassation, le 14 avril dernier, a confirmé le caractère antisémite du meurtre de Sarah Halimi, sexagénaire juive, en 2017 à Paris. Mais elle a aussi entériné l'irresponsabilité pénale du meurtrier, qui ne sera donc pas jugé. Selon les experts qui l'ont examiné, il était en proie à une "bouffée délirante" lorsqu'il a tué sa voisine, après la consommation de stupéfiants.

À Paris, 20 000 personnes se sont retouvées, sur la place du Trocadéro, pour dénoncer l'absence de procès du meurtrier de Sarah Halimi, selon la préfecture.

À Marseille, plusieurs milliers de personnes se sont ainsi rassemblées sur le parvis du tribunal judiciaire pour rendre hommage à Sarah Halimi, peut-on voir dans une vidéo captée par France Bleu Provence. À Strasbourg, près d'un millier de manifestants s'est aussi réuni, rapporte France Bleu Alsace. Comme le veut la tradition juive, les participants ont déposé des pierres devant le monument aux morts de la place de la République.

À Bordeaux, environ 300 personnes, selon les organisateurs, se sont rassemblées près du palais de justice, indique France Bleu Gironde. A Nice, au moins 500 personnes se sont mobilisées devant le Palais de Justice. Le maire Christian Estrosi a pris la parole. A Montpellier, un "rassemblement de colère" a réuni plusieurs centaine de personnes place de la Comédie.

Un projet de loi prévu pour fin mai, confirme Eric Dupond-Moretti

Christophe Castaner, le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, était présent. Il a expliqué qu'il soutenait ce rassemblement et que la loi allait changer. Le ministère de la Justice a en effet annoncé ce dimanche le dépôt fin mai d'un projet de loi "pour combler le vide juridique apparu dans l’affaire Sarah Halimi. Cette histoire tragique qui nous a tous marqués va faire avancer notre droit", écrit Éric Dupond-Moretti sur Twitter.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Religion

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.