Émeutes après la mort de Nahel : le domicile du maire de L'Haÿ-les-Roses visé par une attaque

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Émeutes après la mort de Nahel : le domicile du maire de L'Haÿ-les-Roses visé par une attaque
Émeutes après la mort de Nahel : le domicile du maire de L'Haÿ-les-Roses visé par une attaque Émeutes après la mort de Nahel : le domicile du maire de L'Haÿ-les-Roses visé par une attaque (France 3)
Article rédigé par France 3 - A. Hanquet, A. Mezmorian, F. Boutet, J. Klein, A. Fuzellier, P. Deslandes, M. Diawara, A. Boulet
France Télévisions
France 3
Après cinq nuits d’émeutes, la violence a franchi un cap qui choque dimanche 2 juillet. Une attaque à la voiture bélier a été lancée contre le domicile d’un élu qui se trouvait dans sa mairie. Sa femme et ses enfants étaient présents dans la maison, située à L'Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne).

Un incendie violent s’est déclenché juste devant le domicile du maire de L'Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne), dimanche 2 juillet. Il est environ 1h30 quand des individus viennent mettre le feu à une voiture bélier lancée contre le portail du pavillon de la maison. Ce matin, il ne reste plus qu’une carcasse carbonisée, preuve de la violence de l’attaque. Au moment des faits, l’élu était absent mais sa femme et leurs deux enfants, âgés de 5 et 7 ans, se trouvaient à l’intérieur. Ils ont dû fuir par le jardin.

La Première ministre sur place

Pour la justice, cela ne fait aucun doute, les assaillants voulaient incendier la maison. Un accélérant a été retrouvé sur les lieux. Dans sa fuite, la femme du maire a été blessée au tibia. Une enquête a été ouverte pour tentative d’assassinat. La violence inouïe de l’attaque laisse les habitants sidérés. "C’est choquant, moi j’ai peur pour ma famille", témoigne un riverain. Cela fait plusieurs jours que la ville de L'Haÿ-les-Roses est en proie aux violences. En début d’après-midi, la Première ministre s’est rendue sur place pour apporter son soutien.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.