Violences après la mort de Nahel : une cinquième nuit plus calme que les précédentes

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Violences après la mort de Nahel : une cinquième nuit plus calme que les précédentes
Violences après la mort de Nahel : une cinquième nuit plus calme que les précédentes Violences après la mort de Nahel : une cinquième nuit plus calme que les précédentes (France 3)
Article rédigé par France 3 - M. Khiat, A. Darrigrand, A. Hanque, C. Pasquier, C. Theophilos, France 3 Régions, @RévélateursFTV, P.-M. de la Foata
France Télévisions
France 3
Après la mort du jeune Nahel, tué par un policier, les violences ont touché de nombreuses villes un peu partout en France, pour la cinquième nuit d'affilée, samedi 1er juillet au soir. Mais celle-ci s'est révélée un peu plus calme que les précédentes.

Sur des vidéos, on aperçoit des dizaines d'émeutiers voler des voitures dans une concession automobile, dans la nuit du samedi 1er juillet au soir. La scène se déroule dans le 14ème arrondissement de Marseille (Bouches-du-Rhône). La ville a encore été touchée par de nombreuses violences. "Ils nous dénigrent. Mais maintenant, c'est fini. Ce sont eux qui cherchent ça, pas nous", témoigne un jeune homme au visage recouvert. À Brest (Finistère), la cantine d'une école a été incendiée.

Une cinquième nuit plus calme 

"Brûler une cantine, ce n'est pas possible. Et les enfants, ils vont manger où ? Les parents n'ont pas de sous", déplore une femme. Partout en France, pourtant, cette cinquième nuit d'émeutes a été plus calme. Des commerces ont de nouveau été pris pour cibles, notamment à Nice (Alpes-Maritimes). Une trentaine de jeunes y ont été interpellés. Le RAID a passé une partie de la nuit dans les rues du centre-ville pour dissuader les émeutiers.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.