Violences : "Il faut une action pénale lorsqu’il y a transgression", estime David Lisnard (LR)

Publié
Durée de la vidéo : 10 min
Violences : « Il faut une action pénale lorsqu’il y a transgression », estime David Lisnard (LR)
Article rédigé par France 2 - J. Wittenberg
France Télévisions
David Lisnard, maire LR de Cannes et président de l’Association des maires de France, était l’invité des "4 Vérités" de France 2, vendredi 26 mai.

Emmanuel Macron a évoqué une "décivilisation" alors que plusieurs faits d’accidents ou de violences ont eu lieu ces derniers jours. "Il y a un sentiment d’incommunauté […] qui se traduit par de l’insécurité, par de l’incivisme. C’est-à-dire des individus qui ne se comportent pas en responsables de l’espace public, qu’il soit physique ou virtuel, mais qui se comportent en consommateurs capricieux. C’est ce qui amène à de la violence, à de la tension", explique David Lisnard, maire LR de Cannes et président de l’Association des maires de France, invité des "4 Vérités" de France 2, vendredi 26 mai.

"Tout n’est pas décivilisation, il y a des faits divers"

Que faut-il faire face à ce processus ? "Il faut de l’action, de l’instruction, de l’éducation, il faut retrouver des principes, une disciple aussi, et il faut évidemment une action pénale lorsqu’il y a transgression", précise le maire LR de Cannes.

Peut-on tout classer dans ce phénomène de décivilisation, comme l’accident de la route à Villeneuve-d’Ascq (Nord)  trois policiers ont perdu la vie ou bien la mort d’une infirmière à Reims (Marne), tuée à coups de couteaux ? "Tout n’est pas décivilisation, il y a des faits divers, le hasard malheureux de la vie. […] En revanche, lorsque des phénomènes se réitèrent, qu’ils révèlent un effondrement de l’autorité, de la responsabilité, donc de la liberté, on est globalement sur un phénomène de décivilisation", estime David Lisnard.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.