Adolescent tué à Bondy : d'après le parquet de Bobigny, un différend opposait la victime et ses agresseurs "depuis près d'un an"

Un adolescent de 15 ans a été tué par balles, vendredi, au sein d'une maison de quartier de la ville de Bondy en Seine-Saint-Denis.

Article rédigé par
Avec France Bleu Paris - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Devant la maison de quartier où un jeune garçon de 15 ans a été tué par balles, le 27 février 2021, à Bondy (Seine-Saint-Denis). (THOMAS COEX / AFP)

Le parquet de Bobigny est revenu dans un communiqué sur le meurtre par balles d'un adolescent de 15 ans, vendredi 26 février, au sein d'une maison de quartier de la ville de Bondy (Seine-Saint-Denis). Le parquet précise que les deux mis en cause, deux frères âgés de 17 et 27 ans, identifiés par des témoins, se sont présentés au service enquêteurs, samedi matin à 9 heures et ont été placés en garde à vue pour assassinat.

>> Seine-Saint-Denis : ce que l'on sait de la mort d’un adolescent de 15 ans tué par arme à feu à Bondy

D'après le parquet, l'adolescent est décédé peu avant 19 heures des suites d'une blessure par balle l'ayant atteint à la poitrine alors qu'il se trouvait dans l'espace Nelson Mandela, lieu d'accueil de la ville Bondy.

Un "terrible drame"

Il ressort des premiers éléments de l’enquête confiée au service départemental de police judiciaire, qu’un peu plus tôt dans l’après-midi une altercation a opposé la jeune victime et deux individus, entraînant l’intervention des animateurs de l’espace Nelson Mandela pour les séparer. Alors qu’il venait chercher son fils à la demande des animateurs, une seconde altercation opposait le père de la victime aux deux individus restés à proximité. Toutefois, le jeune mineur et son père se rendaient dans le centre dont les portes allaient être fermées.

Vers 17 heures, les deux individus circulant à bord d’un scooter revenaient sur place. Le passager arrière porteur d’une arme à feu se dirigeait devant la porte d'entrée de l’espace Nelson Mandela, glissait le canon dans l'entrebâillement de la boîte aux lettres, donnant directement à l'intérieur de la maison, et faisait usage de son arme, blessant mortellement le jeune mineur. "À ce stade des investigations, il apparaît qu’un différend opposait la victime et ses agresseurs depuis près d’un an sans que l’origine ne soit, pour l’heure, connue", précise le parquet.

Sur Twitter, le maire de Bondy Stéphen Hervé (LR) parle d'un "terrible drame" : "C'est un acte intolérable, rien ne peut le justifier. Une telle horreur est d'autant plus odieuse qu'elle s'attaque à nos valeurs républicaines et à notre jeunesse, puisqu'elle a été commise au sein d'un bâtiment municipal". Le maire a également annoncé qu'une "cellule de soutien a été mise en place pour les témoins et l'entourage de la victime, profondément choqués".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.