Adolescent tué par balles à Bondy : les deux "auteurs présumés" placés en garde à vue, annonce le parquet

Agés de 19 et 27 ans, ils se sont rendus d'eux-mêmes à la police samedi, explique le parquet.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des policiers devant la maison de quartier où un jeune garçon de 15 ans a été tué par balles, le 27 février 2021, à Bondy (Saine-Saint-Denis). (MAXPPP)

Au lendemain du meurtre d'un adolescent de 15 ans, tué par balles alors qu'il se trouvait dans une maison de quartier à Bondy (Seine-Saint-Denis), deux jeunes hommes se sont rendus et ont été placés en garde à vue, indique le parquet de Bobigny, qui les présente comme les "auteurs présumés"

Il s'agit de deux hommes âgés de 19 et 27 ans, qui se sont présentés d'eux-mêmes à la police à Bobigny, ville voisine de Bondy, précise le parquet, et c'est là qu'ils se trouvent en garde à vue. L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis.

Les suspects sont deux demi-frères. Le plus âgé est soupçonné d'être le tireur, indique une source proche de l'enquête à France Télévisions. Cet homme de 27 ans est décrit comme connu des services de police pour de nombreux faits dont l'extorsion et la détention d'armes. Son demi-frère est connu pour menaces de mort, ajoute cette même source.

Deux suspects étaient recherchés depuis vendredi

La victime se trouvait à l'intérieur d'une maison de quartier, vendredi, quand un tireur qui était dans la rue l'a atteint, indiquait le parquet vendredi soir sans livrer davantage de détails sur le contexte du meurtre. Une source policière indiquait alors à franceinfo que deux suspects ayant pris la fuite à scooter étaient activement recherchés.

Selon une source proche de l'enquête à France Télévisions, les premiers éléments laissent penser que le meurtre n'est pas lié à un trafic de stupéfiants ni à une rivalité entre bandes, mais à un différend personnel.

L'AFP dit avoir recueilli différents témoignages dans le quartier de la victime évoquant "une dispute" entre celle-ci et un jeune homme avant le drame. Une hypothèse évoquée par deux animateurs de la maison de quartier cités par Le Parisien.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.