Accident mortel dans le Rhône : un manège "bien entretenu" qui ne "présentait pas de défectuosité apparente", affirme l'avocat du forain

François Saint-Pierre l'avocat du forain, dont le manège accidenté a causé la mort d'une personne samedi, a affirmé lundi sur franceinfo qu'il fallait pour l'instant être "très prudent".

Un manège s’est effondré samedi 31 mars à Neuville-sur-Saône (Rhône).
Un manège s’est effondré samedi 31 mars à Neuville-sur-Saône (Rhône). (MAXPPP)

L’avocat du forain mis en examen lundi 2 avril, notamment pour "homicide involontaire" et "blessures involontaires" a assuré à franceinfo que le manège qui s’est effondré samedi à Neuville-sur-Saône (Rhône) "était bien entretenu". Selon François Saint-Pierre, le manège "ne présentait pas de défectuosité apparente" et avait fait l'objet de contrôles techniques annuels, conformément à la réglementation.

Pourtant, les premiers éléments de l'enquête font état d'une "violation délibérée d'une obligation de prudence ou de sécurité", selon les chefs de la mise en examen du forain. L'accident a fait un mort et deux blessés samedi. Mais, selon l'avocat François Saint-Pierre, il faut être "très prudent". "On ne peut rien dire jusqu'à présent", a-t-il estimé. L'avocat a expliqué qu'un expert spécialisé dans les manèges allait être nommé par le juge d'instruction. "C'est lui qui aura pour tâche d'identifier la cause technique de ce dramatique accident", a dit François Saint-Pierre.

Un "bon professionnel" "accablé"

Selon l'avocat, l'exploitant du manège a "rempli toutes ses obligations" et était "en règle". "En l'état de l'enquête de la gendarmerie, il est établi que le manège avait fait l'objet de contrôles techniques tous les ans conformément à la réglementation. Le dernier contrôle remontait à juillet dernier", a encore affirmé l'avocat. Assurant que son client était "accablé" par l'accident, François Saint-Pierre l'a présenté comme un "bon professionnel", dont le manège "n'était pas mal entretenu, bien au contraire". "C'était un manège en état de marche et qui ne présentait pas de défectuosité apparente", a ajouté l'avocat.

"C'est quelqu'un qui depuis 30 ans et plus fait tourner des manèges, et qui ne s'explique pas ce qui s'est passé. Il a vu ce manège s'effondrer sous ses yeux. Il n'a pas d'explication à cet accident", a dit Maître François Saint-Pierre, précisant que son client était "absolument désolé pour les victimes et leurs familles". Interrogé sur le fait que la nacelle accidentée ne comportait que deux ceintures de sécurité, comme l'indiquent les premiers éléments de l'expertise communiquées lundi, l'avocat a assuré que ces ceintures n'étaient pas obligatoires, et que le manège était "conforme". Des sources proches de l'enquête ont pourtant indiqué lundi à franceinfo que les premières constations effectuées sur le manège avaient révélé d'importants problèmes mécaniques, électriques, hydrauliques et d'entretien.