Sénatoriales 2023 : la secrétaire d'Etat à la Citoyenneté Sonia Backès battue en Nouvelle-Calédonie

La candidate Renaissance n'est pas parvenue à faire le plein de grands électeurs au second tour, s'inclinant face au candidat indépendantiste du Front de libération kanak (FLNKS) Robert Xowie.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
La secrétaire d'Etat à la Citoyenneté Sonia Backès, le 25 janvier 2023 à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)

Un revers pour la majorité présidentielle. Sonia Backès, secrétaire d'Etat à la Citoyenneté, a été battue en Nouvelle-Calédonie lors des élections sénatoriales, dimanche 24 septembre. Sonia Backès était la seule représentante du gouvernement à se présenter lors de ce scrutin.

>> Sénatoriales 2023 : suivez les résultats dans notre direct 

La secrétaire d'Etat est arrivée troisième au premier tour, lors duquel le candidat dissident Les Républicains Georges Naturel a été élu. La candidate Renaissance n'est pas parvenue à faire le plein de grands électeurs au second tour, s'inclinant face au candidat indépendantiste Robert Xowie, qui fait son entrée au Sénat.

Localement, ce résultat est d'autant plus symbolique qu'il intervient en pleines négociations sur l'avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie, dans lesquelles la secrétaire d'Etat est omniprésente.

"Elle a perdu gros" 

L'apport des voix indépendantistes a permis à Georges Naturel, l'actuel maire de Dumbéa, de se faire élire au premier tour à plus de 60% des voix. Au second tour, c'est le soutien des non-indépendantistes qui a assuré la victoire de Robert Xowie avec 55% des suffrages. Ce soutien des non-indépendantistes a été dénoncé comme une "trahison" par Sonia Backès sur les réseaux sociaux. 

"Sonia Backès pouvait tout gagner avec cette élection et ainsi renforcer sa position dominante, mais au final, elle a perdu gros", analyse la géographe Pierre-Christophe Pantz, spécialiste de la géopolitique en Nouvelle-Calédonie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.