Résultats des européennes 2024 : la liste de Raphaël Glucksmann se classe troisième avec 13,83% des voix

La liste Parti socialiste-Place publique talonne le camp présidentiel mais finit loin derrière le Rassemblement national.
Article rédigé par Thibaud Le Meneec
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
La tête de liste Parti socialiste-Place publique pour les élections européennes, Raphaël Glucksmann, à Paris, le 15 mai 2024. (QUENTIN DE GROEVE / HANS LUCAS / AFP)

Raphaël Glucksmann a confirmé les bons sondages qui se sont succédé lors de la campagne. La liste du Parti socialiste et du mouvement Place publique menée par l'essayiste termine en troisième position des élections européennes dimanche 9 juin. Avec 13,83% des suffrages, selon les résultats définitifs publiés par le ministère de l'Intérieur, elle arrive juste derrière la liste du camp présidentiel (14,6%).

Raphaël Glucksmann termine cependant très loin derrière le Rassemblement national (31,37%). Les socialistes, qui disposaient de sept eurodéputés au sein du groupe Socialistes et démocrates (S&D) au Parlement européen, vont ainsi envoyer six élus supplémentaires à Strasbourg et Bruxelles.

Comment a réagi le parti après les résultats ?

Vers 20h15, Raphaël Glucksmann a pris la parole devant ses sympathisants, à Paris, et s'est dit "fier" de son score. Dans le même temps, le dirigeant du mouvement Place publique a déclaré n'avoir "pas l'âme à la fête" après le score élevé du Rassemblement national, qu'il a promis de "combattre". "C'est un nouvel espace politique" qui s'ouvre, s'est-il cependant félicité. Un peu plus tôt, Olivier Faure, le premier secrétaire du Parti socialiste, a estimé qu'Emmanuel Macron était "disqualifié" après les résultats et la victoire de l'extrême droite.

Qui sont les candidats élus et avec quel groupe vont-ils siéger ? 

Parmi les candidats élus, seulement quatre eurodéputés vont connaître un second mandat : Raphaël Glucksmann, Nora Mebarek, Aurore Lalucq et Christophe Clergeau, remplaçant du démissionnaire Eric Andrieu en juin 2023. Les autres feront pour la première fois leur entrée au Parlement européen. Ces eurodéputés vont sans surprise siéger au sein du groupe de l'alliance progressiste des Socialistes et démocrates (S&D), qui constitue la deuxième force de l'hémicycle derrière le centre-droit du Parti populaire européen (PPE) et devant les libéraux-démocrates de Renew.

Comment s'est déroulée la campagne des socialistes ?

Après des négociations avec l'appareil socialiste, Raphaël Glucksmann a été de nouveau désigné tête de liste au mois de février 2024. La composition de la liste a été approuvé à 80% par les militants, un score significatif dans un parti qui s'est profondément divisé en interne sur sa stratégie depuis 2022. Partisan d'un soutien massif à l'Ukraine, l'essayiste a profité d'une dynamique positive à la fin de l'hiver grâce à un positionnement clairement europhile.

La liste socialiste s'est progressivement stabilisée au-dessus des 10% d'intentions de vote, jusqu'à la fin de campagne, malgré les critiques de plus en plus virulentes de ses concurrentes écologistes et insoumises. Talonnés dans les sondages, Valérie Hayer et le camp présidentiel ont progressivement ciblé le candidat socialiste en l'assimilant à ses anciens alliés au sein de la Nupes. Sans parvenir à enrayer la dynamique socialiste dans les dernières semaines.

Quelles seront les conséquences pour le PS et la gauche après ce score ? 

Le Parti socialiste fait mieux qu'en 2019 et quasiment autant qu'en 2014 (13,98%), lorsque François Hollande était au pouvoir. Avec ce bon score, inférieur à celui de 2009 (16,28%), le PS distance La France insoumise et Les Ecologistes-EELV, à trois ans de la prochaine élection présidentielle.

Quelques mois après l'éclatement de la Nupes, formée en 2022, le parti à la rose va tenter de bousculer les rapports de force avec ses anciens alliés, alors que le mouvement de Jean-Luc Mélenchon veut conserver son hégémonie.

De l'autre côté, la direction actuelle du parti, incarnée par Olivier Faure, ne veut pas voir dans le résultat de la liste PS-Place publique un blanc-seing pour le retour au premier plan de figures sceptiques voire hostiles à l'alliance de la gauche, comme François Hollande ou Anne Hidalgo.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.