Témoignages "Je suis contre tout ce qui est extrême" : dix électeurs nous racontent pourquoi ils voteront pour Emmanuel Macron

Article rédigé par
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 9 min.
Dix Français et Françaises qui voteront pour Emmanuel Macron lors du second tour de l'élection présidentielle, le 24 avril 2022. (PIERRE MOREL / FRANCEINFO)

A quatre jours du second tour de l'élection présidentielle, franceinfo a rencontré des citoyens qui ont choisi de voter pour l'un ou l'autre des candidats, avant même le débat télévisé de l'entre-deux-tours, mercredi soir. Ici, des soutiens du président sortant s'expriment.

C'est le rendez-vous le plus attendu de cette campagne. A quatre jours du vote, les deux qualifiés pour le second tour de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen, doivent débattre sur TF1, France 2, LCI et franceinfo, mercredi 20 avril, à 21 heures. Dans ce duel qui s'annonce plus serré qu'en 2017, les candidats chercheront à séduire de nouveaux électeurs, mais aussi à conforter leurs partisans, pour éviter toute abstention au sein de leurs bases électorales.

>> Présidentielle 2022 : à l'approche du débat télévisé, suivez la campagne dans notre direct

Qui sont, justement, les électeurs macronistes et lepénistes ? Franceinfo a parcouru la France pour rencontrer des citoyens qui, dès le premier tour, ont apporté leur soutien à l'un des deux finalistes. Dans cet article, dix électeurs nous racontent pourquoi ils ont voté pour Emmanuel Macron et pourquoi ils glisseront ce même bulletin dans l'urne le 24 avril. Un vote d'adhésion pour certains, satisfaits de son bilan et de son programme. Un vote utile ou par défaut pour d'autres, qui veulent avant tout s'opposer à l'extrême droite.

>> Dans cet autre article, publié en miroir, dix Français nous expliquent pourquoi leur choix s'est porté sur la candidature de Marine Le Pen

"Son côté entrepreneur me plaît bien"

Charles André pose devant la gare du Nord, à Paris, le 12 avril 2022. (PIERRE MOREL / FRANCEINFO)

Charles André, 31 ans, commercial, Wissous (Essonne). J'aime bien ce qu'a fait Macron pendant ces cinq dernières années et l'image qu'il renvoie de la France. Le côté entrepreneur, jeune cadre dynamique qui parle anglais, ça me plait bien. Vous vous rappelez Hollande et son "You can be do what we want to do" ? C'était la honte, franchement.

Macron, il a tout fait pour accomplir ce qu'il avait promis. Et pourtant, il a pris vingt ans en cinq ans, avec les crises. C'est quelqu'un de très intelligent, tenace. Après, il faut bien reconnaître que Marine le Pen a fait une campagne de malade. Elle a réussi son pari de se faire passer pour quelqu'un de respectable. Ça fait flipper. Je ne suis vraiment pas prêt à ce que la France passe à l'extrême droite.

"On n'a pas à se plaindre"

Sylvie Destrebecq pose devant un supermarché de Bruay-la-Buissière (Pas-de-Calais), le 12 avril 2022. (PIERRE MOREL / FRANCEINFO)

Sylvie Destrebecq, 65 ans, grand-mère au foyer, Béthune (Pas-de-Calais). Je vais revoter pour Emmanuel Macron. Pourquoi ? Parce que je ne veux pas de Le Pen ! Il y a assez de racistes comme ça en France. Si on expulse tout le monde, on va avoir un retour de bâton. J'aimais bien le discours de Zemmour sur l'école, le français, le retour de la discipline. Mais quand il a dit qu'il ne voulait pas accueillir les réfugiés ukrainiens, alors ça, non !

Macron, lui, n'est pas agressif. Il ne se démonte pas. On n'a pas à se plaindre. La suppression de la taxe d'habitation, c'était bien. La prise en charge pour les lunettes et les appareils pour les oreilles aussi. Je dirais que je suis à 95% satisfaite.

"Si Le Pen passe, on va devoir 'rentrer chez nous'"

Kadidiata Konate pose devant le marché de Garges-lès-Gonesse (Val-d'Oise), le 23 mars 2022. (PIERRE MOREL / FRANCEINFO)

Kadidiata Konate, 34 ans, agente territoriale spécialisée des écoles maternelles (Atsem), Garges-lès-Gonesse (Val-d'Oise). Si Marine Le Pen passe, on va devoir "rentrer chez nous". Alors que "chez nous", c'est ici. Je suis née en France. J'ai grandi au Sénégal et je suis revenue en France à 16 ans. Depuis, je vis ici.

En 2017, c'est mon père qui nous avait dit de voter pour Macron. Moi, je ne regarde jamais la télé. Je m'informe un peu sur internet, mais pas vraiment sur la politique. J'avais voté pour Macron et j'en suis contente. Il faut se mettre à la place du président. Ce n'est pas facile, il ne peut pas tout faire. Pendant le Covid, il s'en est bien sorti, même au niveau des soins.

"Grâce aux aides, mon restaurant a survécu"

Romain pose près de la gare de Tours (Indre-et-Loire), le 6 avril 2022. (PIERRE MOREL / FRANCEINFO)

Romain, 23 ans, cuisinier, Amboise (Indre-et-Loire). J'avais voté Poutou en 2017, parce que je le trouvais marrant. Au second tour, j'avais choisi Macron. Je ne savais pas s'il ferait un bon président. Il n'a pas eu de chance pendant son mandat, car la crise du Covid lui est vite tombée dessus. Il a quand même fait de bonnes choses. J'ai eu beaucoup d'aides, comme le chômage partiel. Le restaurant où je travaille est resté fermé un an, mais a survécu. J'ai eu aussi la prime Macron. J'ai vu qu'il voulait l'augmenter maintenant. Cette prime est la preuve que les politiques peuvent agir et changer des choses.

Je n'apprécie pas particulièrement Macron. Et pour être franc, je n'ai pas suivi la campagne du premier tour. Je n'ai pas regardé les autres programmes. Sans débat à la télé, c'était compliqué de connaître les points de vue. Avec Macron, au moins, je savais à quoi m'en tenir.

"C'est le seul qui a la carrure d'un président"

Isabelle Wautelet pose devant la gare du Nord, à Paris, le 12 avril 2022. (PIERRE MOREL / FRANCEINFO)

Isabelle Wautelet, 49 ans, directrice marketing, Clamart (Hauts-de-Seine). J'ai voté Macron au premier tour. Je voterai Macron au second tour. Comme en 2017. Je trouve que c'est le seul qui a la carrure d'un président. Je ne suis pas mécontente de sa gestion de la crise du Covid. Je vais souvent en Espagne et, là-bas, ils attendent toujours l'argent qu'on leur avait promis.

Par rapport aux autres candidats, je trouve Macron assez réaliste. Parce que c'est bien gentil de faire des promesses à la Trump, mais il va falloir les tenir ensuite. Attention, je ne suis pas hyper fan de Macron non plus. Je vois bien qu'il y a un malaise dans la couche sociale moyenne de la France, comme pendant les "gilets jaunes". Sur l'écologie, ça pèche aussi. Mais c'est celui qui a les reins les plus solides. Avec Marine Le Pen, la France exploserait.

"Le moins mauvais sur la santé"

Guillaume pose devant un bâtiment de l'université catholique de Lille, le 1er avril 2022. (PIERRE MOREL / FRANCEINFO)

Guillaume, étudiant en médecine, 21 ans, à Lille (Nord). Je me suis encarté chez Les Républicains en décembre et j'ai participé à la primaire de la droite avec l'intention de voter LR à la présidentielle. Mais les derniers mois m'ont fait changer d'avis. La candidate de notre parti, Valérie Pécresse, était moins efficace ces derniers temps. En parallèle, j'ai vu la gestion de la crise ukrainienne par Emmanuel Macron. J'ai eu envie de lui faire confiance. J'ai bien aimé aussi la façon dont le Covid a été géré d'un point de vue médical. A la lecture des projets de campagne des différents candidats sur la santé publique, celui d'Emmanuel Macron me semblait être le moins mauvais.

Au second tour, c'est un vote de conviction que je donne à Macron. La façon dont on dédiabolise les extrêmes est assez dramatique. Les gens n'ont plus peur de ce qui fait peur.

"Je suis d'accord avec son projet sur le RSA"

Jean-Paul pose près du marché de Vitrolles (Bouches-du-Rhône), le 8 avril 2022. (PIERRE MOREL / FRANCEINFO)

Jean-Paul, 65 ans, retraité, ancien ingénieur pour Airbus, Vitrolles (Bouches-du-Rhône). Je pense qu'il faudrait interdire les sondages trois mois avant l'élection. Ça fausse complètement les votes. J'aimais bien le programme de Valérie Pécresse, mais vu l'absence de chance pour elle d'accéder au second tour, j'ai voté Macron au premier. C'était un "vote utile", pour être sûr de ne pas me retrouver avec Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon au second tour. Et ça a marché.

Je trouve qu'Emmanuel Macron a bien géré la crise du Covid et bien lutté contre le chômage. De nos jours, les chômeurs cherchent une demi-journée par mois et ne font rien le reste du temps. Ils devraient travailler un peu dans les métiers où l'on manque de personnel, comme la garde d'enfants. D'ailleurs, je suis d'accord avec ce que propose Macron pour conditionner le RSA à une activité. Je soutiens aussi la création de nouvelles centrales nucléaires. C'est une solution pour l'écologie.

"J'aime ce qu'il veut faire pour les retraites"

Gislaine Mameli pose près d'un supermarché de Châteauneuf-les-Martigues (Bouches-du-Rhône), le 7 avril 2022. (PIERRE MOREL / FRANCEINFO)

Gislaine Mameli, 84 ans, retraitée, ancienne cadre dans les travaux publics, Châteauneuf-les-Martigues (Bouches-du-Rhône). Emmanuel Macron est le seul qui tient la route. C'est un président à la hauteur. Grâce à lui, il n'y a plus de clivage droite-gauche. J'avais déjà voté pour lui aux deux tours en 2017. Je me souviens, on l'appelait "la petite Ferrari" ! Il a renversé la table. Et heureusement qu'il est jeune, avec tout ce qu'il a dû affronter...

J'ai aimé ce qu'il a fait pour l'apprentissage, sa fermeté face aux "gilets jaunes" ou la suppression de la taxe d'habitation. Pendant le Covid, les centres de vaccination étaient bien gérés et les enfants n'ont pas trop loupé l'école. Et j'aime aussi ce qu'il veut faire pour les retraites. Bien sûr, c'est facile pour moi de dire ça, à 84 ans. Mais j'ai travaillé toute ma vie et les jeunes commencent à travailler plus tard aujourd'hui. C'est normal de devoir travailler plus longtemps.

"Son deuxième quinquennat se passera bien"

Marie pose dans la cour de l'université catholique de Lille, le 1er avril 2022. (PIERRE MOREL / FRANCEINFO)

Marie, étudiante en psychologie, 19 ans, Lille (Nord). J'ai voté Macron sans hésiter le 10 avril et je ferai de même au second tour. Marine Le Pen, je ne l'envisageais même pas au premier tour. Elle reste une candidate d'extrême droite qui veut sortir de l'Union européenne. Or, pour moi, c'est impossible de retourner aux francs. Nous sommes dans une Europe de la paix, qui nous protège [Marine Le Pen propose de modifier la Constitution afin d'y inscrire le la supériorité du droit français sur le droit européen]. C'est un acquis qu'il ne faut pas perdre.

Je n'ai aucun doute : le deuxième quinquennat de Macron se passera bien. Son premier mandat, avec ce qui se passe en Ukraine, a été super compliqué et il s'en est super bien sorti.  

"Il va au charbon"

Yvon pose sur le parking d'un supermarché de Tergnier (Aisne), le 24 mars 2022. (PIERRE MOREL / FRANCEINFO)

Yvon, 75 ans, retraité, ancien militaire, La Fère (Aisne). J'ai voté Macron au premier tour. Je voterai Macron au second. Je suis contre tout ce qui est extrême. Alors oui, tout n'était pas parfait, mais compte tenu de tous les problèmes qu'il a eus, il s'en est bien sorti. Comme on dit : "De tous les maux, il faut choisir le moindre." J'ai bien aimé le fait qu'il aille voir les gens après les "gilets jaunes". Il ne s'est pas débiné. Au niveau du Covid, j'ai bien aimé le "quoi qu'il en coûte". Beaucoup d'entreprises n'ont pas fermé grâce à ça. On n'a pas laissé trop de plumes, malgré la crise.

En face, il y a beaucoup d'incohérences dans le programme de madame Le Pen. Et puis, elle va en meeting dans tous les endroits où elle est sûre d'être bien accueillie. Macron, il va au charbon. J'espère que la France va avoir un sursaut, que Macron va gagner. Ce qui m'inquiète, c'est si l'écart entre les deux est serré. Là, ce sera beaucoup plus difficile de gouverner.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.