Présidentielle : "Je n'attends rien d'Emmanuel Macron, mon vote ne vaut pas soutien", explique Julien Bayou

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Le secrétaire national de EELV estime qu'Emmanuel Macron "avait cinq ans pour agir et il ne l'a pas fait" mais cela ne remet pas en cause son vote pour le second tour de l'élection présidentielle car "pas une voix ne doit manquer contre Marine Le Pen".

"Je n'attends rien d'Emmanuel Macron et ne lui demande rien", a déclaré Julien Bayou, secrétaire national de EELV sur franceinfo dimanche 17 avril. "Mon vote et celui des écologistes ne vaut pas quitus, cela ne vaut pas soutien", poursuit le conseiller régional d'Île-de-France. Le candidat-président Emmanuel Macron a envoyé des signaux à sa gauche, lors de son meeting de samedi à Marseille, en parlant de l'environnement comme du "combat du siècle".

>> Suivez les dernières informations sur la présidentielle dans notre direct

Julien Bayou estime qu'Emmanuel Macron "avait cinq ans pour agir et il ne l'a pas fait. Il a été condamné pour inaction climatique, donc il n'y a aucune raison de croire véritablement en ses promesses." Néanmoins, le secrétaire général des Ecologistes votera pour Emmanuel Macron : "Je ne le fais pas pour lui, mais pour mon pays, pour la sauvegarde des libertés, pour protéger notre démocratie, car l'extrême droite est un danger."

Le Pen est "un danger pour les minorités, pour la presse, pour la justice"

Car malgré le premier quinquennat d'Emmanuel Macron marqué selon Julien Bayou par "l'inaction climatique et la casse sociale", il rappelle que "face à un démocrate, on peut s'opposer dans les urnes, dans la rue" et donc, à ses yeux, le bulletin Macron est "le seul outil pour protéger notre démocratie". L'élu écologiste appelle fermement à faire barrage à l'extrême droite. Il voit dans l'arrivée de Marine Le Pen au pouvoir "un danger pour les droits des femmes, pour les travailleurs, pour les syndicalistes, pour les minorités, pour la presse, pour la justice".

"C'est un réflexe de démocrate, pas une voix ne doit manquer contre Marine Le Pen."

Julien Bayou, EELV

sur franceinfo

À tous ceux qui pensent s'abstenir, il dit comprendre "la lassitude, la fatigue, l'énervement la colère d'être à nouveau contraint à ce choix", mais il estime que "quand on donne les clés à l'extrême droite, c'est très compliqué de les retrouver dans les urnes de manière démocratique". Julien Bayou pointe notamment les autres pays gouvernés par l'extrême droite : "Regardez ce qu'il se passe au Brésil pour les femmes, les syndicalistes et les minorités, regardez ce qu'il se passe en Hongrie : à quel point la justice est parfaitement entravée et les dernières élections confisquées. Imaginez la Ve République, avec trop de pouvoirs pour le président, imaginez ce que ça veut dire et décidez en conscience."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.