Présidentielle 2022 : à cinq semaines de la clôture des parrainages, où en sont les candidats ?

Alors que les candidats à l'élection présidentielle doivent réunir 500 signatures d'élus d'ici au 4 mars pour pouvoir officiellement se présenter, franceinfo fait le point sur les parrainages récoltés par une partie des candidats. 

Article rédigé par
Victoria Koussa - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Une Marianne et une écharpe tricolore sont posées sur le document de parrainage d'un candidat à l'élection présidentielle, le 15 mars 2017 (illustration). (MICHEL THOMAS / MAXPPP)

La quête des parrainages pour se présenter à l'élection présidentielle 2022 doit démarrer officiellement mercredi 26 janvier, date à laquelle le décret de convocation des électeurs pour les deux tours du scrutin est attendu. Chaque candidat doit récolter 500 signatures d'élus afin de pouvoir briguer l'Élysée. Les candidats déclarés ont jusqu'au 4 mars pour recueillir le nombre de parrainages nécessaires. Certains ont récemment fait part de difficultés pour recueillir ces signatures alors qu'il s'agit pour d'autres d'une formalité. franceinfo fait le point. 

Selon nos informations, la candidate qui a pour l'instant le plus de parrainages est celle des Républicains. Valérie Pécresse regroupe ainsi "plusieurs milliers" de parrainages, selon un éminent sénateur du parti. L'équipe de campagne de la candidate du Parti socialiste Anne Hidalgo ne souhaite, quant à elle, pas donner de chiffres précis pour ne pas "se vanter" mais assure qu'elle est actuellement "bien au-delà des 500 parrainages".

Emmanuel Macron veut faire mieux qu'en 2017

Du côté de la majorité, l'équipe proche d'Emmanuel Macron explique qu'elle veut faire "beaucoup mieux que lors de la dernière élection". En 2017, le président de la République avait récolté 1 700 parrainages d'élus. "Plus on en a, mieux c'est", confirme un député La République en marche. L'idée est d'avoir un chiffre impressionnant au moment de l'annonce de sa candidature. "Ce n'est cependant pas la course à l'échalote", précise un député de la majorité.

Le candidat d'Europe Écologie - Les Verts, Yannick Jadot, a lui aussi dépassé les 500 promesses de parrainages, surfant sur les "vagues vertes" des dernières élections, notamment les municipales. Il ne souhaite cependant pas l'annoncer officiellement pour l'instant, en cas de désistement de certains maires. Le parti écologiste souhaite atteindre les 600 promesses, "une marge de sécurité" d'après un cadre du parti.

Le candidat du Parti communiste français Fabien Roussel assure quant à lui qu'il "les aura dans les temps", mais ne précise pas combien il en a actuellement. Il souhaite s'appuyer sur l'ancrage local de son parti, avec 600 élus ou apparentés. En cas de victoire à la primaire populaire, Christiane Taubira pourra, elle aussi, s'appuyer sur un ancrage local, celui du Parti radical de gauche, bien implanté dans les territoires.

Marine Le Pen, Éric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon en difficulté

La recherche de parrainages est en revanche plus difficile pour Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et Éric Zemmour. Ce dernier culmine à 400 parrainages. "Ça va crescendo mais ça reste tendu", dit l'entourage du polémiste. Le parti Les Républicains est soupçonné d'œuvrer pour que le candidat de Reconquêtes obtienne ses 500 signatures car sa candidature pourrait affaiblir le score de Marine Le Pen, au coude à coude avec Valérie Pécresse dans les sondages. Les Républicains n'incitent pas directement à le soutenir mais donnent leur feu vert. "On ne sanctionnera pas les élus qui parrainent le polémiste", affirme un éminent sénateur, contredisant certaines déclarations récentes de Valérie Pécresse. Il est question, selon lui, de "protéger l'expression démocratique", d'autant que la candidate à déjà toutes les promesses en poche.

La candidate du Rassemblement national a pour l'instant obtenu entre 400 et 450 promesses de signatures. "Chaque jour qui passe est plus compliqué", déplore l'entourage de Marine Le Pen, restant "raisonnablement inquiet". "Le filtre des 500 signatures est devenu un couperet", dénonce-t-on du côté de La France insoumise, alors que Jean-Luc Mélenchon a dépassé il y a peu les 400 promesses. Il dénonce, tout comme Marine Le Pen et Éric Zemmour, la fin de l'anonymat des parrainages, depuis 2017. Des maires décident, selon eux, de ne plus soutenir personne par peur de perdre des subventions ou des investitures. Ces mêmes candidats sont accusés de bluffer et dramatiser pour accélérer la récolte.

Enfin, selon les informations de franceinfo, la candidate du Parti animaliste Hélène Thouy est actuellement à la moitié du chemin, avec 260 promesses, tandis que celui de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan en est à 450 promesses.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.