Législatives 2022 : le Rassemblement national à la recherche de nouveaux profils pour ses futurs députés

Fort du score historique de Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle, Jordan Bardella lance ce jeudi la campagne nationale en vue des législatives à Fréjus.

Article rédigé par
Hadrien Bect - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président du RN par intérim, Jordan Bardella, le 5 février 2022 à Reims (Marne), lors du lancement de la campagne de Marine Le Pen. (MAXPPP)

Retour au terrain pour le RN. Moins de quatre jours après l'élection présidentielle, remportée par Emmanuel Macron, les tractations s'intensifient en coulisses à sept semaines des élections législatives des 12 et 19 juin.

Le président par intérim du RN, Jordan Bardella, doit officiellement donner le coup d'envoi de la campagne nationale jeudi à Fréjus, dans le Var. Et l'opération est de taille : le parti de Marine Le Pen n'a obtenu que huit sièges en 2017, dont uniquement six aujourd'hui. Cette fois, le parti d'extrême droite espère obtenir le double afin de constituer un groupe à l'Assemblée, à savoir quinze élus. Pour cela, le RN veut notamment mettre en valeurs de nouveaux profils. 

>> Elections législatives : comment Marine Le Pen et le Rassemblement national se mettent en ordre de bataille

"Nouvelle génération"

Autant de nouveaux visages pour tenter d'incarner un RN "nouvelle génération. Pour eux, ce sera d'ailleurs les meilleures circonscriptions. Il y a des noms inconnus du grand public mais qui ont fait leurs preuves durant la campagne, tels que Jean-Philippe Tanguy, ex-Debout la France, le parti de Nicolas Dupont-Aignan, et l'un des principaux artisans de la présidentielle, Laure Lavalette, élue du Var et porte-parole ou encore Laurent Jacobelli, ex-monsieur parrainages.

Des profils pour faire oublier la vieille garde et avoir des députés efficaces, veut-on croire. "Ca ne serait pas du luxe", tacle un cadre du parti. Il faut dire que la poignée de députés RN a très peu existé pendant les cinq dernières années. Dans la tête des dirigeants du parti : l'exemple des Insoumis et leurs 17 députés qui ont ferraillé contre l'exécutif pendant 5 ans, que certains voient comme une rampe de lancement pour la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon, et qui nourrit de grands espoirs.

Mais dans la réalité "avoir un groupe, c'est jouable, mais ça n'est pas évident", rappelle un cadre RN. Et ce sera a priori sans alliance avec Eric Zemmour et son mouvement Reconquête!. Le jeune parti qui a réuni 7% des voix au premier tour de la présidentielle ne cessent de frapper à la porte du RN qui répond par une fin de non-recevoir.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.