Présidentielle : Éric Ciotti reste "engagé" dans la campagne de Valérie Pécresse pour "battre Emmanuel Macron"

Candidat malheureux à l'investiture des Républicains pour l'élection présidentielle, Éric Ciotti assure ne pas renier son amitié pour Éric Zemmour qui l'a invité à le rejoindre mais qu'il reste fidèle à sa famille politique.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Éric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes, le 23 juillet 2018. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

"Bien entendu, je suis Républicain, je suis engagé dans sa campagne et je le dis très clairement", a déclaré Éric Ciotti lundi 6 décembre au matin sur France Bleu Azur à l'adresse de Valérie Pécresse. La présidente de la région Île-de-France fraîchement élue candidate de la droite pour l'élection présidentielle entame lundi sa campagne sur les terres d’Éric Ciotti, les Alpes-Maritimes. Mais "c'est beaucoup plus difficile" avec Éric Zemmour en lice de battre Emmanuel Macron, souligne Éric Ciotti.

"Je suis aujourd'hui Républicain. Je suis engagé dans ma famille politique, je soutiens celle qui a gagné cette compétition où je suis allé jusqu'au second tour, Valérie Pécresse, que j'accueille aujourd'hui dans le département des Alpes-Maritimes", a-t-il insisté.

"Je suis dans ma famille"

Ce week-end, Éric Zemmour a appelé Éric Ciotti à le rejoindre après sa défaite au second tour de la primaire. Son nom a été scandé par des militants du polémiste lors de son meeting à Villepinte dimanche. "Je suis un homme de vérité. Éric Zemmour est un ami. Il l'a dit et je ne renie pas cette amitié. Il y a des constats que je partage avec lui, que je connais depuis longtemps sur le déclin et sur le déclassement de notre pays", a-t-il indiqué.

Mais il n'a pas l'intention de quitter Les Républicains pour autant : "J'ai livré une compétition sereine dans ma famille politique et je suis dans ma famille. Je ne fais pas partie de ceux qui la quittent, qui la trahissent, qui sont attirés par d'autres horizons", a-t-il affirmé.

"J'ai un objectif, c'est battre Emmanuel Macron" et "je crois que c'est beaucoup plus difficile" avec Éric Zemmour, admet-il. "Battre Emmanuel Macron nécessite une équipe, un projet, une expérience, des compétences, des valeurs, une histoire. C'est ce que conjuguent Les Républicains, notre famille politique. Et c'est pour cela aujourd'hui que je crois que nous avons des chances réelles de gagner cette élection présidentielle."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Election présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.