Présidentielle 2022 : les électeurs sont plus indécis que jamais

Publié Mis à jour
Présidentielle 2022 : les électeurs sont plus indécis que jamais
Article rédigé par
A.Peyrout, T.Maillet, T.Petit, E.Maizy, A.Tribouart, E.Noël - France 2
France Télévisions

À 92 jours du scrutin, le paysage politique a rarement été aussi fracturé, et les Français n’ont jamais été si incertains de leur vote. 30% d'entre eux ont déjà changé d’avis au cours des deux derniers mois.

Avec quinzaine de candidats pour un seul fauteuil à l'Elysée, les électeurs sont plus indécis que jamais. Ils sont 47% à ne pas avoir fait de choix définitif. Sur le campus universitaire de Bordeaux (Gironde), Juliette Oblin, étudiante en Master 1 de droit, confie ne pas avoir "de choix de cœur", ni de leader avec laquelle elle est "à 100% en accord". "Aujourd'hui, on a l'impression que c'est assez minoritaire, les candidats modérés", abonde Lucas Villemonteix, étudiant en Master 1 de droit. 

Des votants incertains

Chez les électeurs de droite, un électeur potentiel de Valérie Pécresse sur deux n'est pas sûr de voter pour elle au premier tour, conclut une étude conduite par Ipsos. Dans un quartier où François Fillon et Emmanuel Macron ont totalisé plus de 60% des voix en 2017, un couple de retraité sait qu'il ne votera pas pour le chef de l'État. "On attend plus de précisions sur tous les problèmes économiques, que ce soit Pécresse, que ce soit Zemmour ou que ce soit Le Pen", confie l'homme. À gauche, 67% des électeurs potentiels de Yannick Jadot ne sont pas surs de leur choix. L'un de ces électeurs, Maxime Bouquet, consultant en transformation digitale, est un peu perdu. "Jadot est inaudible à souhait, le maire de Lyon, on ne l'entend pas, le maire de Grenoble on ne l'entend pas tant que ça…", déplore-t-il.

Parmi Nos Sources : 

L’enquête électorale Ipsos / Sopra Steria pour le Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), la Fondation Jean Jaurès et Le Monde 


Résultats de l’élection présidentielle 2017 à Bordeaux 

Liste non-exhaustive.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.