VIDEO. Municipales : la percée du FN

Le Front national prend Hénin-Beaumont, dès le premier tour. Et il est en tête à Fréjus, Avignon, Perpignan, Béziers, Forbach et Saint-Gilles.

LUCIE CHAUMETTE - FRANCE 2

Une percée sans précédent du Front national dans plusieurs villes. C'est l'un des principaux enseignements du premier tour des élections municipales, dimanche 23 mars. A Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), cible prioritaire du FN, Steeve Briois, secrétaire général du parti, est élu dès le premier tour avec 50,26% des voix. Une performance historique qui en appellera d'autres, selon le FN.

>Suivez toute l'actualité des municipales en direct

Le FN fait le plein en Languedoc-Roussillon

En tête à Perpignan, à Béziers ou Saint-Gilles, le Front national emmené par plusieurs poids lourds du parti tels que Louis Aliot, le compagnon de Marine Le Pen, ou l'avocat Gilbert Collard, a fait le plein en Languedoc-Roussillon. Forts de leur notoriété nationale, Louis Aliot à Perpignan, Gilbert Collard à Saint-Gilles (Gard) ou encore Robert Ménard à Béziers ont largement fait mentir les enquêtes d'opinion publiées pendant la campagne et abordent le second tour en pole position.

Le seuil de qualification pour le second tour ayant été abaissé à 10% des suffrages exprimés (une barre franchie par Marine Le Pen dans près de 900 communes lors de la présidentielle de 2012), le FN, qui présentait 596 listes, a réussi à qualifier 315 des ses candidats au second tour, a annoncé Florion Philippot sur i-Télé lundi 24 mars.

Steeve Briois, secrétaire général du FN, à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), le 23 mars 2014, au soir de sa victoire dès le premier tour aux municipales.
Steeve Briois, secrétaire général du FN, à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), le 23 mars 2014, au soir de sa victoire dès le premier tour aux municipales. (DENIS CHARLET / AFP)