Cet article date de plus d'un an.

Elections municipales 2020 : comment Edouard Philippe et ses ministres ont passé l'épreuve du premier tour

L'heure est au bilan pour le Premier ministre et les dix ministres et secrétaires d'Etat qui étaient candidats lors du premier tour des élections municipales, dimanche.

Article rédigé par
Charlotte Causit - franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 8 min.
Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin (au premier plan) et le Premier ministre Edouard Philippe, lors d'une conférence de presse, le 17 février 2020.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

Les résultats sont arrivés pour les onze membres du gouvernement engagés lors du premier tour des élections municipales du dimanche 15 mars. Neuf d'entre eux passent avec brio la sélection du premier tour, marqué par une abstention recordPour les têtes de liste, les résultats sont pour le moins réjouissants : Gérald Darmanin et Franck Riester ont été réélus, respectivement à Tourcoing (Nord) et Coulommiers (Seine-et-Marne), en obtenant une majorité absolue dès le premier tour du scrutin. Le Premier ministre Edouard Philippe arrive en tête au Havre (Seine-Maritime), avec 43,60% des suffrages.

>> Municipales 2020 : suivez en direct les réactions, analyses et commentaires au lendemain du premier tour

Voici les résultats de chaque membre du gouvernement engagé dans ces élections municipales.

Edouard Philippe en tête au Havre

Le Premier ministre Edouard Phillippe en visite à Graville-la-Vallée, au Havre (Seine-Maritime) le 7 février 2020.  (LOU BENOIST / AFP)

Le Premier ministre Edouard Philippe était lui-même candidat à la mairie du Havre (Seine-Maritime). Il obtient 43,59% des voix avec sa liste Le Havre ! Un score qui le place en tête du scrutin face aux six listes concurrentes. Son principal opposant, Jean-Paul Lecoq (divers gauche), obtient quant à lui 35,87%. Il est suivi par Alexis Deck (EELV) et le candidat RN Frédéric Groussard, qui obtiennent respectivement 8,28% et 7,31% et ne se qualifient pas pour le second tour. 

Le chef du gouvernement bénéficie d'un solide socle électoral au Havre, mais risquait aussi un "vote de sanction", en raison de sa casquette de Premier ministre. Edouard Philippe est un membre éminent de la scène locale havraise : d'abord conseiller municipal, il devient maire en 2010 après la démission de son prédécesseur et mentor Antoine Rufenacht. Il brigue un premier mandat en 2014 sous l'étiquette Les Républicains et s'impose dès le premier tour du scrutin municipal avec 52% des voix. Un exploit que l'édile voulait renouveler en 2020. Cette fois, les résultats du premier tour lui promettent un duel serré au second.

Le locataire de Matignon s'est déjà engagé à ne pas quitter son poste en cas de victoire et à laisser le second de sa liste, le maire actuel Jean-Baptiste Gastinne (LR), aux manettes de la ville portuaire de plus de 170 000 habitants. S'il venait à échouer au second tour, cette défaite aurait alors une résonance nationale : il serait le premier Premier ministre à échouer à un scrutin municipal.

>> Les résultats de la commune du Havre (Seine-Maritime) en détails

Gérald Darmanin réélu sans attendre  

Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics s'exprime lors d'un meeting politique, le 13 février à Tourcoing (Nord), où il est candicat à la mairie.  (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics a obtenu 60,89% à Tourcoing (Nord). Il est élu dès le premier tour, face aux sept autres candidats. Dans la deuxième ville du Nord, Gérald Darmanin bénéficie d'un ancrage certain : élu maire en 2014, il est resté premier adjoint après son entrée au gouvernement en 2017. Le ministre n'a pas nié la possibilité de démissionner du gouvernement pour revenir à la mairie de Tourcoing. L'édile s'en est toutefois remis à la décision du président de la République, déclarant dans un meeting mi-février : "Le président de la République fera son choix, mais moi, je suis candidat pour être maire."

Une volonté de retourner aux sources qui faisait des sceptiques, à commencer par l'ancien maire de la ville, Jean-Pierre Balduyck. Le socialiste, qui a été aux manettes de la ville de 1989 à 2008 déclarait fin février à Médiacités "Si Darmanin brigue Tourcoing, c'est pour échapper à l'impopularité d'Emmanuel Macron". Le 1er mars 2020, la permanence de Gérald Darmanin avait été taguée, pour protester contre le recours au 49.3 du gouvernement pour adopter sans vote la très controversée réforme des retraites.

>> Les résultats de la commune de Tourcoing (Nord) en détails

Franck Riester réélu au premier tour

Le ministre de la Culture, Franck Riester, à la sortie de l'Elysée, le 12 février 2020.  (ALAIN JOCARD / AFP)

Le ministre de la Culture Franck Riester a été le premier membre du gouvernement testé positif au coronavirus, le 9 mars. Ce qui ne l'a pas empêché être réélu avec 58,84% des voix au premier tour à Coulommiers (Seine-et-Marne). Il devance Aude Canale (PS-PCF-EELV) et Pierre Mairey (SE), qui obtiennent respectivement 30,03% et 11,12% des suffrages. 

Franck Riester a hésité avant de se représenter dans cette ville de 15 000 habitants, dont il a été maire de 2008 à 2017. S'il a quitté, en 2017, ses fonctions d'élu local pour cause d'incompatibilité avec son mandat de député, Franck Riester était resté conseiller municipal.

Franck Riester s'est empressé de remercier les Columériens. Il restera au gouvernement et c'est Laurence Picard, deuxième adjointe, qui occupera son fauteuil de maire.

>> Les résultats de la commune de Coulommiers (Seine-et-Marne) en détails

Gabriel Attal, soutien d'une liste nuancée LREM

Gabriel Attal, secrétaire d'Etat auprès du Ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse arrive à l'Elysée le 15 janvier 2020.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

Pour le cadet du gouvernement Gabriel Attal, ni grande surprise ni grosse déception. En deuxième place sur la liste Vivre Vanves, menée par Séverine Edou, le secrétaire d'Etat est le seul membre du gouvernement à figurer sur une liste nuancée LREM. Il espère conserver la place de conseiller municipal à Vanves qu'il occupe depuis 2014. 

La liste qu'il soutient, l'une des 248 listes nuancées LREM, a obtenu 23,07%, se positionnant en deuxième place derrière la liste du maire sortant Bernard Gauducheau (UDI), en poste depuis 2001, qui obtient 47,22%. Gabriel Attal déclarait au Parisien, le 30 janvier 2020 : "On ne peut pas se présenter aux élections que lorsqu'on est sûr de gagner". Quoi qu'il en soit, la liste qu'il soutient se qualifie pour le second tour du scrutin. Le secrétaire d'État affirmait son intention de se présenter, "par fidélité aux électeurs de Vanves"

>> Les résultats de la commune de Vanves (Hauts-de-Seine) en détails

Geneviève Darrieussecq sur une liste victorieuse

Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Armées, à l'Elysée, le 11 septembre 2019.  (MARIE MAGNIN / HANS LUCAS)

Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'Etat auprès de la ministre des Armées, se présentait à Mont-de-Marsan (Landes), sur la liste du maire sortant Charles Dayot. Leur liste 100% pour les Montois obtient à la sortie de ce premier tour 53.94% des voix et s'impose devant les listes menées par Jean-Baptiste Savary et Marie Lafitte.

Aux précédentes élections municipales, Geneviève Darrieussecq, alors maire sortante (élue pour la première fois en 2008) avait été élue dès le premier tour, en obtenant 56,01% des suffrages. Elle avait été remplacée en 2017 après sa nomination au gouvernement par son adjoint aux finances, Charles Dayot. Ce dernier lui emboîte le chemin en s'offrant en 2020 une majorité absolue. 

>> Les résultats de la commune de Mont-de-Marsan (Landes) en détails

Jean-Baptiste Djebbari éliminé au premier tour

Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'Etat aux Transports à l'Hôtel de Matignon, le 26 janvier 2020.  (LUCAS BARIOULET / AFP)

À Limoges (Haute-Vienne), Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'Etat aux Transports se frotte pour la première fois à la réalité du suffrage local. La liste de Monique Boulestin (union entre le Mouvement radical et citoyen et LREM) sur laquelle il figure arrive avant-dernière et obtient 7,65% des voix au premier tour. Elle est distanciée par les candidats Emile Roger Lombertie et Thierry Miguel, qui obtiennent respectivement 46,2% et 21,58%.

>> Les résultats de la commune de Limoges (Haute-Vienne) en détails

Marc Fesneau, élu conseiller municipal 

Marc Fesneau, ministre des Relations avec le Parlement, à l'Elysée, le 15 janvier 2020.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

Le ministre des Relations avec le Parlement, Marc Fesneau (ex-MoDem), élu en 2008 et 2014 maire de Marchenoir (Loir-et-Cher) se représentait cette année aux élections municipales de son village. Il avait quitté son poste de maire en 2017. La commune présentant moins de 1 000 habitants, le principe de la liste ne s'y applique pas. Le ministre arrive en 7e position, et Sandrine Dalaigre est élue maire. 

>> Les résultats de la commune de Marchenoir (Loir et Cher) en détails

Sébastien Lecornu, heureux conseiller 

Sébastien Lecornu, ministre chargé des Collectivités territoriales à l'Elysée, le 2 octobre 2019.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

Le ministre chargé des Collectivités territoriales, Sébastien Lecornu, figurait en troisième position sur la liste du maire sortant François Ouzilleau (ex-LR). Les résultats du premier tour donnent la liste en première position avec 66,37% des voix. Une majorité absolue qui lui permet de se dispenser d'un second tour. 

Sébastien Lecornu, avait été élu maire de cette commune de l'Eure en 2014 avec 45,44% des voix au second tour. Il n'était resté qu'un an à ce poste, avant de le quitter pour rejoindre le conseil département de l'Eure. Il était toutefois resté premier adjoint au maire sortant, François Ouzilleau s'assure un nouveau mandat. 

>> Les résultats de la commune de Vernon (Eure) en détails

Agnès Pannier-Runacher, soutien d'Agnès Buzyn

Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Économie et des Finances à l'Elysée, le 6 janvier 2020.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

La secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances Agnès Pannier-Runacher est présente dans le 16e arrondissement de Paris, sur la liste d'Hanna Sebbah, baptisée Ensemble pour Paris avec Agnès Buzyn. Leur liste obtient à la sortie de ce premier tour 23,56% des voix, derrière celle de l'avocat Francis Szpiner, soutien de Rachida Dati, qui récolte 47,8% des suffrages. 

>> Les résultats du 16e arrondissement de Paris en détails

Marlène Schiappa sur une liste en troisième position

Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes accompagne l'ex-candidat aux municipales, Benjamin Griveaux, lors de la présentation de ses voeux aux parisiens, le 16 janvier 2020.  (CARINE SCHMITT / HANS LUCAS)

Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, était candidate dans le 14e arrondissement de Paris. Elle figurait en seconde position sur la liste menée par Eric Azière. Le candidat investi par LREM a récolté 15,67% des voix, derrière Carine Petit et Marie-Claire Carrère-Gée, qui obtiennent respectivement 32,85% et 20,44% des suffrages. 

>> Les résultats du 14e arrondissement de Paris en détails

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.