Municipales à Paris : Villani saisit la commission des sondages après une enquête d'opinion commandée par l'association de Griveaux

D'après ce sondage publié vendredi, le député LREM de Paris devance de quatre points le candidat dissident dans les intentions de vote.

Un montage avec les photos de Benjamin Griveaux (à gauche) et Cédric Villani, candidats à la mairie de Paris, le 7 septembre 2019.
Un montage avec les photos de Benjamin Griveaux (à gauche) et Cédric Villani, candidats à la mairie de Paris, le 7 septembre 2019. (JOEL SAGET / AFP)

Des chiffres qui ne passent pas pour Cédric Villani. Le candidat dissident LREM à la mairie de Paris, pour les élections municipales de 2020, a saisi, mardi 19 novembre, la commission des sondages après une enquête d'opinion de l'institut OpinionWay commandée par l'association de Benjamin Griveaux et relayée par les médias, dont franceinfo, vendredi.

Selon ce sondage, la liste conduite par Anne Hidalgo (parti socialiste et parti communiste) obtiendrait 19% des suffrages au premier tour. La maire sortante est talonnée par Benjamin Griveaux, à la tête d'une liste LREM et Mouvement radical, qui totaliserait 18% des intentions de vote. Cinquième dans les intentions de vote, la liste "Vivons Paris" conduite par Cédric Villani, obtiendrait 12% des suffrages. "Ce sondage a été réalisé par téléphone du 4 au 12 novembre 2019 auprès d'un échantillon de 2 942 personnes inscrites sur les listes électorales à Paris, issu d'un échantillon de 3 152 habitants représentatif de la population parisienne âgée de 18 ans et plus", précise OpinionWay.

"Une distorsion de la réalité"

Dans un courrier rendu public daté de lundi, Baptiste Fournier, directeur de campagne de Cédric Villani, souhaite "obtenir des informations complémentaires sur ce sondage". "S'agissant de l'échantillon, nous nous interrogeons sur sa qualité et sa représentativité", pointe-t-il. Il s'étonne "également d'un taux de réponse si élevé dans le temps imparti" et souhaite "recueillir [des] éclairages sur la faisabilité et la crédibilité d'une telle participation".

Mais surtout, ce qui ne passe pas pour l'équipe de Cédric Villani, c'est que le candidat LREM a été testé avec le soutien du MoDem. "Je tiens à vous exprimer mes plus vives interrogations quant à l'observation d'une intention de vote de premier tour qui teste une hypothèse 'fallacieuse' n'étant pas en phase avec la situation politique actuelle, en l'espèce le soutien du MoDem à la candidature de M. Griveaux. Cette hypothèse publiée et diffusée largement crée une distorsion de réalité à même d'influencer l'électorat dès lors que l'hypothèse inverse ne serait pas rendue publique", gronde ainsi Baptiste Fournier.