Malgré l'échec de la gauche, pas de remaniement ministériel

Si l'exécutif a connu un échec électoral majeur aux élections départementales, le président de la République n'envisage pas en conséquence de modifier son gouvernement.

FRANCE 2

Un désaveu certes mais pas de décision hâtive. Si la droite a renversé la balance politique a l'échelle des départements et que la gauche ne dirige plus que 34 des 98 territoires en jeu ce 29 mars, François Hollande n'a pas prévu de modifier son équipe pour autant. "Certains socialistes disent d'ailleurs ce matin que s'il fallait remanier après chaque défaite électorale, on changerait très souvent de gouvernement" rapporte Maryse Burgot en direct devant l'Élysée avant de poursuivre: "Il y a tout juste un an, François Hollande, après la défaite aux municipales, avait choisi de se séparer de son Premier ministre Jean-Marc Ayrault, mais cette fois, il va garder Manuel Valls."

Une défaite habituelle

Cet échec électoral n'oblige en rien le Président à changer les membres de l'exécutif. "Perdre des élections intermédiaires est un grand classique pour le pouvoir en place, et François Hollande n'échappe pas à la règle. Il va garder son cap, ne pas donner un grand coup de barre à gauche, comme certains le lui demandent", conclut la journaliste. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vote à Meaux (Seine-et-Marne) lors du second tour des départementales, le dimanche 29 mars 2015. 
Vote à Meaux (Seine-et-Marne) lors du second tour des départementales, le dimanche 29 mars 2015.  (GEOFFROY VAN DER HASSELT / ANADOLU AGENCY/AFP)