Vidéo Législatives 2024 : Yannick Jadot pointe le programme "sans ambiguité" du Nouveau Front populaire sur la question de l'antisémitisme

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Yannick Jadot est l'invité de "L'Evènement"
Yannick Jadot est l'invité de "L'Evènement" Yannick Jadot est l'invité de "L'Evènement" (FRANCE 2)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
"Ce qu'il se joue dans cette campagne c'est un choix de civilisation", a poursuivi l'Ecologiste, sur le plateau de "L'Evènement" sur France 2.

Plus qu'une élection : "un choix de civilisation." Invité de l'émission "L'Evènement" sur France 2, mercredi 19 juin, l'Ecologiste Yannick Jadot a insisté sur la position du Nouveau Front populaire, au lendemain de la mise en examen de deux mineurs de 13 ans pour viol en réunion, menaces de mort, injures et violences à caractère antisémite sur une jeune fille de 12 ans, à Courbevoie (Hauts-de-Seine). "A chaque fois que l'on attaque un de nos compatriotes de confession, de culture juive, c'est l'ensemble de la République qui est attaquée", a poursuivi le sénateur écologiste, martelant que l'accord noué à gauche entre les différents partis en vue des élections législatives du 30 juin et du 7 avril "n'a absolument aucune ambiguïté sur la question de l'antisémitisme."  

Après que l'ancienne candidate à l'élection présidentielle du Rassemblement national, Marine Le Pen, a pointé sur X "la stigmatisation des juifs depuis des mois par l’extrême gauche à travers l’instrumentalisation du conflit israélo-palestinien", le sénateur écologiste a estimé que cette dernière, "dont le parti est issu des Waffen-SS et de la collaboration de Vichy, n'a pas de leçon à donner."

Citant le retrait du soutien de RN et de l'alliance LR-RN à deux candidats accusés d'avoir tenu sur les réseaux sociaux des propos antisémites, Yannick Jadot a mis en avant le projet du Nouveau Front Populaire, lequel comprend "un grand plan interministériel contre l'antisémitisme, y compris à l'école". 

L'extrême droite constitue "un danger pour notre pays"

Interrogé sur une déclaration de Jean-Luc Mélenchon,dans lequel le fondateur de La France insoumise parlait d'un "antisémitisme résiduel en France, le sénateur écologiste a fait savoir la position commune à l'alliance de gauche : "L'antisémitisme n'est pas résiduel. Il est omniprésent, il explose. Et quand je vois les ligues d'extrême droite manifester à Lyon et ailleurs, bras tendus, avec la croix celtique, évidemment qu'il y a un danger pour notre pays", a-t-il déclaré, renvoyant aux déclarations du Nouveau Front populaire sur la question de Gaza et celle "des attentats terroristes du 7 octobre." 

Et le sénateur écologiste d'opposer "un projet de progrès social et d'écologie" à ce qu'il qualifie de "projet de replis identitaire, xénophobe, de tri des personnes sur notre territoire en fonction de leur couleur de peau, de leur religion et de leur origine."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.