Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Législatives 2022 : Jean-Luc Mélenchon déclare qu'il ne sera "vraisemblablement" pas candidat

Publié Mis à jour
Jean-Luc Mélenchon est l'invité du "20 heures" de France 2 vendredi 6 mai
Jean-Luc Mélenchon est l'invité du "20 heures" de France 2 vendredi 6 mai Jean-Luc Mélenchon est l'invité du "20 heures" de France 2 vendredi 6 mai
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
France 2

Au sujet des longues négociations qui ont eu lieu pour former la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), il a estimé sur France 2, vendredi soir, qu'"il a fallu régler en treize jours ce qui a été des sources de conflit depuis dix ans".

Le PS a fini par rejoindre la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes). "Nous avons eu un réflexe de rassemblement face à un épisode annoncé de maltraitance sociale aggravée", a déclaré Jean-Luc Mélenchon, vendredi 6 mai, sur le plateau du "20 heures" de France 2, pour sa première interview au lendemain de ce moment qualifié d'"historique" par des cadres de La France insoumise, du PS ou d'Europe Ecologie-Les Verts. 

>> Retrouvez les dernères informations sur les élections législatives dans notre direct

Au sujet des longues négociations qui ont eu lieu, le chef de file de la Nupes estime qu'"il a fallu régler en treize jours ce qui a été des sources de conflit depuis dix ans". "Quand on a commencé à discuter, on s'est aperçu que les uns et les autres n'étions pas conformes à la caricature que nous avions les uns des autres", a-t-il remarqué. "Il fallait être prêts à temps", a-t-il insisté : "Nous ne faisons pas un congrès, nous sommes en train de nous préparer à gouverner le pays", invitant une nouvelle fois les Français à l'élire Premier ministre lors des élections législatives.

Il ne sera "vraisemblablement" pas candidat aux législatives

Que va donner concrètement la Nupes à l'Assemblée ? "Il faut que chacun ait son groupe sinon ça ne marchera", a-t-il précisé. "Nous aurons chacun un groupe et nous aurons un intergroupe", a-t-il ajouté. "Nous aurons un parlement politique commun en dehors de la strucutre institutionnelle", relève-t-il.

Quant à un nouveau mandat de député, Jean-Luc Mélenchon a déclaré qu'il n'allait "vraisemblablement" pas être lui-même candidat aux législatives, estimant que cela n'était pas "nécessaire". "Six Premiers ministres sur 24 sous la Ve République ne l'étaient pas", a-t-il fait valoir. Prenant le cas de l'actuel locataire de Matignon, Jean Castex, Jean-Luc Mélenchon estime qu'il a une "légitimité populaire", dans la mesure où il a été élu maire de Prades (Pyrénées-Orientales) : "Il a eu 1 000 voix pour cela." Et de souligner : "Moi, j'en ai eu 7,7 millions il y a tantôt un mois, on peut penser que j'ai une légitimité populaire suffisante pour pouvoir dignement représenter le pays."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.