Résultats législatives : La République en marche remporte le second tour et aura 319 députés, selon notre estimation Ipsos/Sopra Steria

Le mouvement d'Emmanuel Macron obtient la majorité absolue, mais sans qu'on puisse parler de raz de marée, comme l'annonçaient pourtant les estimations d'entre-deux-tours.

Emmanuel Macron, le 15 juin 2017 à Paris.
Emmanuel Macron, le 15 juin 2017 à Paris. (JULIEN MATTIA / NURPHOTO)

C'est une majorité qui laisse les coudées franches à l'exécutif. La République en marche a obtenu au second tour des élections législatives 319 députés, d'après notre estimation Ipsos/Sopra Steria*. L'opposition à Emmanuel Macron aura du mal à empêcher l'adoption des réformes du président. Toutefois, LREM est loin du raz de marée annoncé dans l'entre-deux-tours : les estimations lui prédisaient plus de 400 députés.

>> Suivez en direct la soirée du second tour

Quel était l'objectif ?

Depuis sa campagne présidentielle, Emmanuel Macron affiche sa confiance dans le fait d'obtenir une majorité à l'Assemblée. S'il a pu, un temps, penser qu'il aurait besoin de l'appui de partenaires, le premier tour a montré que La République en marche pouvait, seule, obtenir la majorité absolue.

Quel est le résultat obtenu ?

La République en marche obtient 319 sièges au second tour, selon notre estimation Ipsos/Sopra Steria*. L'exécutif n'aura besoin de s'appuyer sur aucun partenaire, pas même sur son allié du MoDem (qui obtiendrait 42 sièges selon notre estimation), pour faire passer ses réformes. Toutefois, le mouvement fait bien moins que les estimations de l'entre-deux-tours, qui donnaient à LREM plus de 400 sièges.

Ses opposants sont, quant à eux, très affaiblis. A droite, le groupe LR/UDI/DVD ne peut prétendre qu'à 126 députés, dont une partie a déjà fait savoir qu'elle souhaitait travailler avec la majorité.

Quels sont les résultats des figures du parti ?

Les ministres Richard Ferrand et Christophe Castaner ont été facilement élus, respectivement dans le Finistère et dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Comment a réagi le parti ?

Le porte-parole du mouvement, Benjamin Griveaux, a salué dimanche soir sur TF1 "une majorité claire qui s'est exprimée". Mais il a aussi reconnu que cette majorité était moins écrasante que prévu : "il y aura une majorité avec une opposition, c'est une bonne nouvelle". 

Quel avenir pour La République en marche ?

La République en marche va se structurer dans les prochaines semaines. Priorité : aider les nouveaux élus à se familiariser avec le fonctionnement de l'Assemblée. Un séminaire est organisé pour cela cette semaine à Paris.

Le parti tiendra son congrès fondateur la première quinzaine de juillet, 14 mois après son lancement par Emmanuel Macron. Ce qui, au départ, n'était qu'un mouvement aux allures de start-up peut aujourd'hui prétendre au statut de premier parti de France, grâce à ses 360 000 adhérents (qui ne payent pas de cotisation), dont 156 000 membres actifs, selon les chiffres fournis par LREM, mais surtout grâce à sa victoire à la présidentielle et la majorité écrasante obtenue aux législatives.

Financée jusqu'à la présidentielle par des dons, LREM va maintenant toucher une manne financière importante grâce à son succès dans les urnes. Qui dirigera ce nouveau parti ? Catherine Barbaroux assure l'intérim depuis l'élection d'Emmanuel Macron. Le nom de Benjamin Griveaux, porte-parole, est régulièrement cité.

* Estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France, "Le Point", France 24 et LCP-AN.