Cet article date de plus d'un an.

Résultats des législatives 2022 : Elisabeth Borne et Gérald Darmanin élus, Amélie de Montchalin et Brigitte Bourguignon battues... Découvrez les résultats des ministres candidats

Quinze ministres et secrétaires d'Etat étaient présents pour le second tour des élections législatives, dimanche. Trois d'entre eux ont été battus.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 8 min
La Première ministre Elisabeth Borne, le ministre des Solidarités Damien Abad, la ministre de la Santé Brigitte Bourguignon, la ministre de la Transition écologique Amélie de Montchalin et le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin.  (AFP / AUDREY CERDAN / FRANCEINFO)

Le désaveu de la majorité présidentielle, qui n'a pas décroché la majorité absolue à l'issue du second tour des élections législatives, dimanche 19 juin, n'a pas épargné les membres du gouvernement. Si la Première ministre, Elisabeth Borne, l'a emporté de peu dans sa circonscription du Calvados, plusieurs membres de son équipe sont battus, alors qu'une partie des résultats se font attendre, notamment en Ile-de-France.

>> Résultats, réactions... Suivez la soirée électorale dans notre direct

Justine Benin était déjà annoncée en difficulté en Guadeloupe, mais Brigitte Bourguignon, dans le Pas-de-Calais, a connu une défaite beaucoup moins attendue. Comme le veut la règle non écrite, fixée par Emmanuel Macron, les perdants de dimanche soir devraient quitter le gouvernement. L'Elysée l'avait confirmé fin mai. Franceinfo revient sur les résultats de tous les ministres, avant l'annonce d'un probable remaniement.

Les ministres battus

• Amélie de Montchalin, battue dans la 6e circonscription de l'Essonne. 

Le candidat de la Nupes dans la 6e circonscription de l'Essonne, Jérôme Guedj, a annoncé dimanche soir sa victoire face à la ministre de la Transition écologique Amélie de Montchalin, qui devra en conséquence quitter le gouvernement. Jérôme Guedj a recueilli 53,36% des suffrages exprimés, contre 46,64% pour la ministre. Le scrutin s'annonçait très serré. Le socialiste, conseiller régional d'Ile-de-France, était arrivé en tête le soir du 12 juin, recueillant 38,31% des voix contre 31,46% pour la députée sortante, qui l'avait emporté avec 61,3% des suffrages en 2017.

• Brigitte Bourguignon, battue dans la 6e circonscription du Pas-de-Calais. 

Rarement citée dans la liste des ministres en difficulté avant le second tour, la nouvelle ministre de la Santé est battue, de seulement 56 voix, et devra donc quitter son poste. Elle récolte 49,94% des suffrages, contre 50,06% pour la candidate du RN Christine Engrand, selon les résultats publiés par la préfecture du Pas-de-Calais. La ministre, anciennement chargée de l'Autonomie au gouvernement, avait obtenu 32,10% des suffrages exprimés au premier tour du scrutin, devant la candidate du Rassemblement national Christine Engrand (30,33% des voix). Dans cette circonscription, l'ancrage local de Brigitte Bourguignon n'a pas suffi : elle y avait été élue députée socialiste en 2012, puis réélue en 2017 avec l'étiquette En Marche !. 

• Justine Benin, battue dans la 2e circonscription de Guadeloupe. 

La secrétaire d'Etat chargée de la Mer, Justine Benin, a été battue par le candidat Christian Baptiste, soutenu par la Nupes. Ce dernier a recueilli 58,65% des voix, contre 41,35% pour la secrétaire d'Etat récemment nommée. Députée sortante de la circonscription, Justine Benin était arrivée en tête le soir du premier tour, avec 31,31% (contre 26,78% pour son rival). Christian Baptiste, maire de Sainte-Anne et secrétaire général de l'Association des maires de Guadeloupe, avait été nommé vice-président de la région avant de faire son entrée à l'Assemblée nationale. 

Les ministres élus ou réélus

• Elisabeth Borne, élue dans la 6e circonscription du Calvados.  

La Première ministre, Elisabeth Borne, remporte la 6e circonscription du Calvados avec 52,46% des suffrages, contre 47,54% des voix pour son concurrent Noé Gauchard (Nupes). La cheffe du gouvernement était arrivée en tête du premier tour du scrutin, avec près de 10 points d'avance sur l'étudiant de 22 ans (34,32% contre 24,53%). 

• Gérald Darmanin, élu dans la 10e circonscription du Nord. 

Le ministre de l'Intérieur a annoncé sa victoire sur Twitter avec 57,52% des voix, peu après 20 heures. Il va donc retrouver l'Assemblée. 

Au premier tour, Gérald Darmanin était arrivé en tête avec 39,08% des suffrages exprimés, devançant Leslie Mortreux pour la Nupes, qui avait recueilli 23,08% des voix, et Mélanie D'hont pour le RN (21,94% des suffrages exprimés). Le ministre de l'Intérieur avait été député UMP de cette circonscription entre 2012 et 2016.

• Clément Beaune élu dans la 7e circonscription de Paris. 

Il était l'un des membres du gouvernement les plus en difficulté à l'issue du premier tour. Mais le secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes a annoncé sa victoire vers 22h30, dimanche. Il a recueilli 50,73% des suffrages exprimés, contre 49,27% pour Caroline Mecary, la candidate de la Nupes. L'avocate avait recueilli 41,4% le soir du premier tour, devançant sensiblement Clément Beaune (35,81%). Dans cette circonscription parisienne, le candidat d'En Marche ! Pacôme Rupin l'avait emporté en 2017 avec 55,9% des voix, devant le sortant Patrick Bloche (PS). 

• Olivier Dussopt, réélu dans la 2e circonscription de l'Ardèche. 

Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, est réélu député de la 2e circonscription de l'Ardèche avec 58,86% des voix, contre 41,14% pour Christophe Goulouzelle, de la Nupes. Au premier tour, le ministre du Travail était arrivé premier, avec 30,04% des suffrages exprimés. Il était suivi de son concurrent soutenu par la Nupes (23,58%) et de Cyrille Grangier pour le Rassemblement national (19,03%). Olivier Dussopt est député depuis 2007 de cette circonscription. 

• Damien Abad, réélu dans la 5e circonscription de l'Ain. 

Un nouveau mandat pour Damien Abad. Le ministre des Solidarités a été élu dimanche soir avec 57,86% des suffrages exprimés, contre 42,14% contre la candidate de la Nupes Florence Pisani. Député sortant de cette circonscription, le ministre semble avoir bénéficié du report de voix du candidat LR, qui avait obtenu 9,93% des suffrages au premier tour. Il obtient ainsi un troisième mandat, malgré les accusations de violences sexuelles le visant : il a été accusé de viol ou de tentative de viol par trois femmes, a révélé Mediapart depuis son arrivée au gouvernement. 

• Olivier Véran, réélu dans la 1re circonscription de l'Isère. 

L'ancien ministre de la Santé a été réélu avec 55,53% des suffrages exprimés, contre la candidate de la Nupes Salomé Robin (44,47%). Désormais ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement, il aura la lourde tâche de permettre au gouvernement d'agir malgré sa majorité relative. "Nous allons construire très vite une majorité absolue", a-t-il assuré dimanche soir. Au premier tour, il avait recueilli 40,5% des suffrages exprimés, contre 36,86% pour sa rivale, dont le score a donc baissé entre les deux tours. Ancien suppléant de la députée socialiste Geneviève Fioraso, Olivier Véran avait été élu député de cette circonscription en 2017, avec 68,1% des voix. 

• Stanislas Guerini, réélu dans la 3e circonscription de Paris. 

Une victoire de justesse. Le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Stanislas Guerini, a été réélu avec 51% des voix dans la 3e circonscription de Paris, face à l'écologiste Léa Balage El Mariky (49%). Le député sortant, délégué général de La République en marche, était en difficulté pour ce second tour. Il était arrivé deuxième le soir du 12 juin avec 32,51% des voix, loin derrière sa rivale écologiste soutenue par la Nupes (38,66% des voix). Il y a cinq ans, Stanislas Guerini l'avait emporté avec 65,5% des suffrages.

• Gabriel Attal, réélu dans la 10e circonscription des Hauts-de-Seine. 

Le ministre de l'Action et des Comptes publics l'emporte confortablement, avec 59,85% des voix, selon les résultats définitifs publiés par le ministère de l'Intérieur. Son adversaire, la candidate Nupes Cécile Soubelet, recueille 40,15% des voix. L'ancien porte-parole du gouvernement, député sortant, avait frôlé la victoire au premier tour, obtenant 48,06% des voix devant Cécile Soubelet, pour la Nupes (30,75%). Gabriel Attal avait été élu avec 60,9% des voix en 2017, battant largement le député UDI en place depuis 1988, André Santini.

• Olivia Grégoire, réélue dans la 12e circonscription de Paris. 

Celle qui a succédé à Gabriel Attal au porte-parolat est, elle aussi, nettement réélue, avec 68,51% des voix, contre 31,49% pour la candidate de la Nupes, Céline Malaisé. Dans cette circonscription ancrée à droite, Olivia Grégoire comptait déjà une confortable avance au premier tour, avec 39,51% des suffrages contre 22,34% pour sa concurrente. La porte-parole du gouvernement a été élue en 2017 avec 56,4% des suffrages.

• Marc Fesneau, réélu dans la 1re circonscription du Loir-et-Cher. 

Il restera un représentant du MoDem au gouvernement : Marc Fesneau. Récemment nommé ministre de l'Agriculture, il l'a nettement emporté, avec 56,47% des suffrages, contre 43,53% pour Reda Belkadi, de la Nupes. Marc Fesneau avait été élu en 2017 avec l'étiquette du MoDem, avec 69,2% des voix au second tour des législatives. 

• Franck Riester, réélu dans la 5e circonscription de Seine-et-Marne. 

Le ministre délégué au Commerce extérieur et à l'Attractivité de la France a attiré suffisamment d'électeurs pour l'emporter, avec 53,21%, face au candidat du RN, François Lenormand (46,79%). L'ancien ministre de la Culture avait recueilli 29,27% des suffrages exprimés au premier tour, arrivant en tête devant le candidat du Rassemblement national (25,41%). Franck Riester est député de cette circonscription depuis 2007, ayant été élu avec les étiquettes UMP puis Les Républicains.

• Yaël Braun-Pivet, réélue dans la 5e circonscription des Yvelines. 

La nouvelle ministre des Outre-Mer a nettement battu, avec 64,62% des suffrages, son adversaire de la Nupes, Sophie Thevenet (35,38%). Au premier tour, elle était arrivée largement en tête du premier tour avec 36,59% des suffrages exprimés, contre 23,55% pour sa rivale. Entrée en politique à la création d'En marche !, elle avait été élue dans cette même circonscription en 2017 avec 59% des voix.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.